Vitamine D : une carence synonyme de démence ?

[26 juin 2017 - 10h53] [mis à jour le 26 juin 2017 à 10h54]

Selon une étude Inserm, une carence en vitamine D pourrait être à l’origine de la maladie d’Alzheimer. D’autant plus lorsque cette carence est associée à une alimentation pauvre en « bonnes graisses » et en caroténoïdes antioxydants. Explications.

Et si notre alimentation jouait un rôle dans la survenue de la maladie d’Alzheimer ? L’équipe Inserm de Catherine Féart* s’est penchée sur la question. Dans un premier temps, les scientifiques se sont intéressés à la vitamine D. Une baisse de la concentration sanguine en cette vitamine avait auparavant été associée à plusieurs maladies chroniques ou encore à l’apparition de l’ostéoporose. Cependant le risque de développer une affection neurologique n’avait pas été clairement établi.

Dans une première étude, 916 participants non-déments ont été suivis pendant 12 ans. Parmi ceux présentant une carence (25%) ou une insuffisance (60%) en vitamine D, le risque de développer la maladie d’Alzheimer a été multiplié par trois !

Surveiller le statut nutritionnel des personnes âgées

Dans une seconde étude Cécilia Samieri* a étudié la mesure de la concentration sanguine de 22 nutriments solubles dans les lipides (la vitamine D, mais aussi 12 acides gras, 2 formes de vitamine E, 6 espèces de caroténoïdes et la vitamine A) chez 666 participants non déments. Ces nutriments sont essentiels pour le fonctionnement cérébral et sont apportés par notre alimentation (poisson, noix, huiles végétales, fruits et légumes riches en carotènes…).

Un profil particulier est ressorti : les personnes âgées ayant les plus faibles concentrations sanguines combinées en vitamine D, en caroténoïdes et en acides gras polyinsaturés avaient un risque multiplié par 4 de développer une démence et la maladie d’Alzheimer. Et ce par rapport aux participants présentant les concentrations les plus élevées. Pour les auteurs, ce résultat doit contribuer à surveiller le statut sanguin en vitamine D et autres nutriments des personnes âgées. Objectif, retarder ou prévenir la démence.

*Unité Inserm1219 Bordeaux Population Health Research Center

Partager cet article