Accouchement : comment gérer la douleur en début de travail

[28 janvier 2013 - 15h24] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h55]

Le début du travail est souvent associé à de fortes contractions. ©Phovoir

Vous venez d’arriver à la maternité. C’est donc ce que les spécialistes appellent le début du travail. Une période au cours de laquelle, les contractions peuvent devenir très douloureuses. Le maître mot pour passer au mieux cette phase est d’apprendre à se détendre. Facile à dire, certes…

La douleur est bien entendu une notion très subjective. Et chaque femme possède son propre seuil. Des facteurs extérieurs – état émotionnel, stress, fatigue – interviennent également. Par ailleurs, la notion de durée joue aussi un rôle important. Des contractions très rapprochées, avec peu de temps de récupération sont rapidement épuisantes.

Les contractions sont relativement espacées ? Il est essentiel que vous vous détendiez en respirant lentement ou en essayant de dormir. Certaines mamans choisissent par exemple d’écouter de la musique pour se relaxer. Selon l’intensité de la douleur, la sage-femme spécialement formée pourra vous proposer de l’acupuncture.

Si les contractions deviennent vraiment trop douloureuses, au point d’être insupportables, il est alors nécessaire de demander une prise en charge spécifique. Différentes solutions sont possibles :

– La sage-femme pourra vous proposer par exemple de respirer du protoxyde d’azote. Ce gaz est en effet connu pour apaiser les douleurs ;

– Dans les cas de douleurs très intenses, les équipes soignantes peuvent être amenées à administrer des morphiniques, par voie intraveineuse ou intramusculaire. Cependant les effets secondaires potentiels de cette classe médicamenteuse limitent leur utilisation. Ils sont généralement donnés au tout début du travail pour s’assurer que le produit soit éliminé avant la naissance ;

– Enfin l’inhalation d’un mélange de protoxyde d’azote et d’oxygène au masque peut également être envisagée. Son effet antalgique et décontractant est rapidement réversible.

Ecrit par : Emmanuel Ducreuzet – Edité par : David Picot

Partager cet article