Acide hyaluronique : à éviter dans l’arthrose du genou?

[06 août 2013 - 16h48] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h57]

En cas d’arthrose du genou, les exercices en piscine s’avèrent bénéfiques ©Phovoir

Contre l’arthrose du genou, l’arsenal thérapeutique comporte entre autres des injections intra-articulaires d’acide hyaluronique. Mais selon une analyse de la littérature scientifique réalisée par la Revue Prescrire, ce traitement aurait des effets modestes, au prix de réactions locales, et parfois d’effets indésirables graves.

Chez les patients souffrant d’arthrose du genou, ce que les spécialistes appellent la gonarthrose, la prise en charge de la douleur repose sur des traitements antalgiques. Des injections intra-articulaires d’acide hyaluronique sont parfois proposées, mais « sans preuve de leur efficacité », soulignent les rédacteurs de la Revue Prescrire.

Une étude publiée en 2012, a synthétisé les essais ayant comparé ce traitement à un placebo ou à l’absence de prise en charge thérapeutique chez environ 12 500 patients, souffrant de douleurs articulaires du genou. « L’effet antalgique des injections apparaît faible et de pertinence clinique incertaine. Les résultats ont été identiques quels qu’aient été la durée du suivi, le nombre d’injections ou le type de substance injectée ». Par ailleurs, une autre méta-analyse est parvenue à des conclusions similaires.

Une maladie du cartilage

Des réactions locales suite aux injections intra-articulaires, comme une douleur prolongée ou un épanchement dans le genou, ont été rapportées. « Des hospitalisations, des pertes d’autonomie et autres événements graves ont été notifiés dans plus de 8 essais ».

Rappelons que l’arthrose est une maladie caractérisée par une usure du cartilage, ce petit « tissu » de couleur blanchâtre qui recouvre toutes nos articulations. Il est très fragile, s’use facilement et ne cicatrise quasiment pas. C’est pourquoi l’arthrose est une maladie évolutive, qui touche en majorité des seniors… ou les personnes dont les articulations ont été « surmenées ».

Ecrit par : Emmanuel Ducreuzet – Edité par : Dominique Salomon

Partager cet article