Adultère sur les réseaux sociaux : la jalousie selon les sexes

[17 août 2017 - 14h41] [mis à jour le 18 août 2017 à 11h01]

Impossible de prévoir comment chaque personne réagirait en découvrant l’adultère de son conjoint. Mais selon des chercheurs britanniques, les femmes seraient davantage piquées au vif en tombant sur des messages à caractère… sentimentaux sur les réseaux sociaux. En revanche, les hommes seraient plus stressés en cas de passage à l’acte sexuel de leur conjointe, surtout lorsque les preuves écrites de la tromperie viennent de l’amant.

La réaction face à l’adultère dépend-elle du sexe ? Pour le savoir, l’équipe du Pr Michael Dunn la Cardiff Metropolitan University, au Pays de Galles, a recruté 21 hommes et 23 femmes. Tous devaient prendre connaissance de messages sur Facebook indiquant une situation de tromperie, sentimentale et/ou sexuelle selon les cas.

Ainsi, huit messages illustrant ces situations s’affichaient. Parmi eux : « tu es forcément mon âme sœur ! », « Je me sens si proche de toi, même si nous n’avons jamais couché ensemble » ou « Tu es le meilleur amant que je n’ai jamais eu ». Tous les volontaires ont décrit quel degré de stress ils atteindraient s’ils avaient à découvrir ces difficiles réalités.

Quand la jalousie s’exprime

Résultat,  « suite à la découverte d’une infidélité sur internet, « les femmes semblent nettement plus dérangées lorsqu’elles tombent sur les messages d’une rivale potentielle plutôt que sur ceux de leur conjoint. Et les contenus révélant une charge émotionnelle les mettaient plus à fleur de peau comparées aux infidélités sexuelles».

Au contraire, « le degré de stress chez les hommes était plus élevé quand ils avaient sous les yeux les mots de leur conjointe plus que ceux de l’amant. Surtout quand la tromperie sexuelle ne fait plus aucun doute. Les hommes sont en effet moins affectés par les intentions écrites sentimentales ». Enfin, « indépendamment du contenu, les femmes sont davantage perturbées que les hommes lorsqu’elles avaient à imaginer la découverte d’une relation adultère sur les réseaux sociaux ».

Selon les scientifiques, ces résultats aident à mieux comprendre les mécanismes de la jalousie, et l’impact des réseaux sociaux sur ce « pêché ». Un point important alors que « l’infidélité, réelle ou suspectée, déclenche une jalousie émotionnelle ou sexuelle, parfois source d’abus et de violences domestiques ».

Partager cet article