Comment concilier un traitement à prendre à des heures régulières et une soif effrénée de liberté ? Comment accepter une maladie chronique qui l’empêche de vivre comme ses copains? Pour relever ces défis, votre adolescent a besoin de vous. Votre défi à vous ? Etre présent pour lui… sans trop le couver.

Diabète, asthme, maladie de Crohn… De nombreuses pathologies peuvent concerner les adolescents et perturber leur quotidien. A un âge où ils sont en pleine quête d’autonomie, où leur corps est déjà plus ou moins en souffrance pour cause de puberté, où ils aspirent à se fondre dans la masse, la maladie chronique est particulièrement difficile à vivre. Le besoin de rébellion est souvent exacerbé. Et la tentation de faire comme si tout allait bien est grande, avec à la clé le risque de mal se soigner.

L’entourage familial, médical et amical doit alors trouver le juste équilibre pour accompagner l’adolescent dans cette nouvelle étape. Il faut parler de la maladie, la reconnaître à sa juste valeur, sans toutefois la laisser occuper une trop grande place. Plus que jamais, votre enfant doit sentir qu’il est encadré, qu’il existe des limites.

Mais il doit aussi pouvoir gagner en autonomie et être autorisé à prendre des « risques raisonnables ». Acceptez également de déléguer. Votre adolescent osera plus facilement aborder certains points avec son médecin s’il est seul avec lui. Les Maisons des Adolescents, présentes dans quasiment tous les départements, peuvent aussi être d’une grande aide. Vous pouvez également vous tourner vers les associations de malades comme l’Aide aux Jeunes Diabétiques, l’Association François Aupetit consacrée aux Maladies Inflammatoires Chroniques Intestinales, l’Association Asthme et Allergies

Partager cet article