Algues : une mine d’or thérapeutique

[13 septembre 2016 - 17h05]

Longtemps associée au monde sauvage et maritime, l’algue fait désormais partie intégrante des crèmes cosmétiques, de notre alimentation  et des produits proposés en thalassothérapie. Et ces végétaux ont aussi de précieuses vertus préventives et thérapeutiques. 

Véritables ingrédients cosmétiques, les algues constituent une ressource naturelle pour lutter contre le vieillissement de la peau et favoriser une bonne hydratation. Dix fois plus riches en vitamines que légumes terrestres, riches en protéines et d’antioxydants (caroténoïdes, flavonoïdes,  acides phénoliques), les algues trouvent parfaitement leur place dans une alimentation équilibrée.

Et en médecine ?

Employer des algues maritimes à des fins thérapeutiques ne relève pas de l’utopie. La preuve, ces tubercules sont employés depuis des siècles en médecine chinoise, dans la prise en charge de troubles rhumatismaux, thyroïdiens et pulmonaires. Aujourd’hui encore, ils restent un traitement de référence dans ce pays d’Asie. En Occident, les principes actifs prélevés sur les algues arrivent peu à peu en pharmacie. Une quarantaine de molécules ou extraits d’algues sont commercialisées. Et la recherche avance à grand pas.

D’ores et déjà des algues brunes s’avèrent efficaces dans le traitement de maladies caractérisées par un dérèglement du système immunitaire, comme la leucémie. Grâce à la présence de composés phénoliques riches en antioxydants naturels, les algues constituent aussi une précieuse approche dans la prévention du cancer, des maladies cardiovasculaires, respiratoires et neurodégénératives. Une efficacité telle que la synthèse de composés phénoliques prélevés sur des algues a fait l’objet d’un brevet. L’objectif étant de « faciliter la production [de ces composés] utilisés actuellement comme extraits naturels par les industries pharmaceutiques et cosmétiques », peut-on lire dans une étude relayée sur le site The Plant Cell.

D’autres variétés sont employées pour leur action laxative, comme coupe-faim ou dans la prise en charge d’un déséquilibre nutritionnel.  Du pouvoir antibactérien, antiviral et anti-tumoral, plusieurs propriétés sont aujourd’hui à l’étude.

Notons bien néanmoins que parmi les 25 000 variétés d’algues répertoriées à l’échelle mondiale, toutes ne présentent évidemment pas les mêmes pouvoirs.

Partager cet article