Cabines de bronzage : pour l’Académie de médecine, c’est non

[30 mai 2013 - 14h20] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h56]

Malgré les dangers des cabines UV, de nombreux Français choisissent de s’exposer ©Phovoir

En cette journée nationale de prévention et de dépistage des cancers de la peau, l’Académie nationale de médecine tire à boulets rouges sur les cabines de bronzage. Et pour cause : « près de 5% des mélanomes leur sont attribuables ».

Depuis 1980, le nombre de cancers de la peau, en particulier le mélanome, a presque doublé tous les dix ans. « Il est aujourd’hui reconnu que les UV reçus des lampes s’ajoutent à ceux reçus du soleil et augmentent les risques de cancers tout en accélérant le vieillissement de la peau ». indique l’Académie. « On peut redouter que le nombre de décès s’accroisse dramatiquement à court terme si le marché du bronzage développe son potentiel commercial ».

Les conditions météorologiques maussades ces jours-ci font craindre aux académiciens une ruée vers les centres de bronzage. « Cela risque de inciter (le public) à céder aux sirènes du soleil artificiel ». C’est pourquoi, l’Académie rappelle qu’il s’agit là « d’une pratique notoirement reconnue à risque par l’ensemble des autorités scientifiques et sanitaires de par le monde ». En effet, selon le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC), « l’augmentation du risque de cancers cutanés est de l’ordre de 75% pour les moins de 30 ans ayant recours aux UV artificiels au moins une fois dans leur vie ».

Risques de cancers et vieillissement de la peau

En réalité, les risques spécifiques des UV artificiels viennent des rayons UVA qu’ils émettent et de leur énergie supérieure au rayonnement solaire. « Ils peuvent entraîner en très peu de temps des brûlures graves chez des individus particulièrement sensibles ou photo-sensibilisés, par exemple, par la prise de médicaments ».

L’Académie tient également à préciser que « les séances d’UV ne préparent pas la peau au bronzage ». Elle insiste sur le fait que « les solariums sont déconseillés aux personnes souffrant de problèmes dermatologiques. Les UVA provoquent un affaiblissement du système immunitaire (et) favorisent l’apparition de maladies opportunistes d’origine virale, bactérienne et parasitaire ». Par ailleurs certains médicaments ont un effet photo-sensibilisateur. Autrement dit en leur présence, la peau réagit. C’est le cas des antibiotiques, des antidépresseurs, et de l’amiodarone, un traitement de la fibrillation auriculaire. Une bonne raison, à l’approche de l’été, de rappeler l’importance de lire attentivement la notice des médicaments.

Ecrit par : Emmanuel Ducreuzet – Edité par : David Picot

Partager cet article