Chez les femmes, la mortalité par cancer du poumon devrait augmenter de plus de 40% dans le monde d’ici à 2030. En cause, la hausse du tabagisme, fléau contre lequel les autorités de santé publique doivent lutter. 

Entre 2015 et 2030, le nombre de décès par cancer du poumon rapporté chez les femmes devrait augmenter de 43%. Des projections établies par des scientifiques espagnols, à partir des données répertoriées par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) dans 52 pays*.

Les taux de mortalité chez les femmes par cancer du poumon ont été relevés entre 2008 et 2014. Puis grâce à un modèle statistique, les scientifiques ont prolongé cette courbe de 2015 jusqu’à 2030, en incluant les données épidémiologiques en termes  de tabagisme.

Dans le détail, « ce taux augmentera de 11,2 points en 2015 et de 16 points en 2030 ». La forte incidence de mortalité à venir est rapportée chez les femmes d’Europe et d’Océanie, la plus basse en Amérique et en Asie. Pour des raisons culturelles, l’épidémie du tabac ne prend pas la même forme en fonction des pays. En effet, il est socialement plus accepté pour une femme de fumer en Europe et en Asie qu’aux Etats-Unis.

Renforcer la prévention

Certes, « d’immenses progrès ont été réalisés dans la lutte contre le cancer du sein », rapporte le Pr Jose M. Martínez-Sánchez, directeur du département de santé publique, d’épidémiologie et de biostatistique à l’Université international de Catalogne (Barcelone). D’ailleurs, « le taux de mortalité lié à cette tumeur est censé diminué passé de 16,1 points en 2015 à 14,7 en 2030 ».

Mais la prévention et la prise en charge du cancer du poumon restent, elles, bien en peine. Ainsi, « si l’on ne fait rien pour limiter le tabagisme chez les femmes, ce taux de mortalité ne fera qu’augmenter. Il y a donc urgence à mettre en place une stratégie globale pour réduire l’impact économique, social et médicale du cancer du poumon féminin ».

*29 pays d’Europe, 14 d’Amérique, 7 d’Asie et 2 d’Océanie 

Partager cet article