Cancer du sein : reconstruire après une mastectomie

[20 juin 2013 - 11h43] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h57]

Le cancer du sein est une tumeur maligne de la glande mammaire, le plus fréquent des cancers féminins. ©Phovoir

Dans le cadre du traitement d’un cancer du sein, environ 30% des femmes doivent en subir l’ablation partielle ou complète. Après cette opération, une reconstruction mammaire leur est proposée. Une majorité accepte mais ne peut pas toujours en bénéficier tout de suite. C’est ce qu’explique le Dr Eric Sebban, gynécologue obstétricien à Paris, dans notre vidéo ci-dessous.

La mastectomie est vécue par beaucoup de malades comme une mutilation. La perspective de pouvoir bénéficier d’une reconstruction mammaire est souvent porteuse d’espoir. Elle est proposée dès les premières consultations avec le cancérologue. D’autant qu’il s’agit d’une chirurgie lourde, qui nécessite souvent 3 opérations successives.

Certaines patientes peuvent en bénéficier tout de suite. C’est-à-dire que la reconstruction se fait au cours de la même intervention d’ablation. Pour d’autres, il faut toutefois attendre de 6 à 8 mois après la fin des autres traitements, notamment de radiothérapie. Cela donne le temps aux séquelles cutanées de cicatriser.

Les différentes techniques

En revanche, aucun délai maximum n’est opposé aux femmes qui souhaiteraient se faire opérer des années après avoir guéri de leur cancer. Certaines attendent 10 ou 15 ans après leur mastectomie. Plusieurs options s’offrent au chirurgien :

  • La reconstruction par insert d’un implant prothétique, placé sous le muscle pectoral ;
  • La reconstruction par lambeaux. Il peut alors s’agir de lambeaux de tissu du muscle dorsal ou abdominal de la patiente ;
  • Enfin, l’injection de tissus graisseux sous une coque. Celle-ci est appliquée sur la zone correspondant à l’emplacement du sein, pour soulever la peau et créer un vide. Les chirurgiens peuvent alors le combler avec des tissus graisseux prélevés sur la patiente elle-même.

Ecrit par : Dominique Salomon – Edité par : Emmanuel Ducreuzet

Partager cet article