Cancer du sein : une mammographie plus confortable ?

[10 juillet 2017 - 10h01] [mis à jour le 10 juillet 2017 à 14h11]

La mammographie est un examen d’imagerie médicale permettant de dépister le cancer du sein. Il est recommandé en France à toutes les femmes de 50 à 74 ans, tous les deux ans. Or cet examen peut être douloureux ou du moins, très inconfortable. C’est pourquoi une nouvelle technique d’auto-compression pourrait améliorer l’expérience et l’observance du programme de dépistage du cancer du sein.

Avoir le sein totalement comprimé entre deux plaques de radiographie n’est pas agréable. Pour le moins. Or les mammographies régulières participent à la prévention du cancer du sein. Cet examen est recommandé aux femmes de 50 à 74 ans, dans le cadre du programme de dépistage.

« La peur de l’examen ou des résultats, la douleur ou la crainte d’avoir mal peuvent être des freins au dépistage », indiquait une étude britannique publiée en 2012 dans la revue The Breast*. Celle-ci montrait que « jusqu’à 46% des femmes ne se font plus dépister après leurs premières mammographies à cause d’une expérience désagréable ». D’ailleurs, en France, le taux de participation au dépistage organisé du cancer du sein est en recul en 2016 et s’établit à 50,7%.

Douleur et anxiété réduites

Voilà pourquoi la société GE Healthcare a conçu une nouvelle technique d’auto-compression en mammographie. Laquelle permet à la patiente de devenir actrice de son examen. « Après avoir été correctement positionnée par le manipulateur et à un niveau minimum de compression, celle-ci peut augmenter la compression à l’aide d’une télécommande sans fil », explique le concepteur. « Le manipulateur contrôle la qualité de l’examen pendant toute la durée de l’acquisition des images. »

D’après une récente étude**, « 79% des femmes indiquent que l’examen avec auto-compression est plus confortable que leurs mammographies précédentes et 54% que le dispositif d’auto-compression a permis de réduire leur niveau d’anxiété ».

A noter : Gustave Roussy, centre de lutte contre le cancer le plus important d’Europe, a été le premier site à bénéficier de ce nouveau système installé en août 2016. Plus de 30 sites en France sont désormais équipés de ce nouveau mammographe.

*Whelehan, P, Evans, A, Wells, M & MacGillivray, S 2013, ‘The effect of mammography pain on repeat participation in breast cancer screening: a systematic review’ Breast, vol 22, no. 4, pp. 389-394
**Etude IPSOS réalisé sur 315 patientes en Italie et en France avec le mammographe Senographe PristinaTM de GE Healthcare

Partager cet article