Cannabis : quel lien avec la BPCO ?

[31 janvier 2013 - 17h08] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h55]

Le cannabis contient 8 fois plus de goudrons cancérigènes que le tabac. ©Phovoir

Dans le cadre du 17e congrès de pneumologie qui se tiendra ce week-end à Lille, le rôle du cannabis dans la survenue de la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) fera l’objet d’une présentation scientifique. En effet, sa responsabilité est de plus en plus évoquée dans de nombreuses études.

 « A l’heure où la consommation de cannabis tend à être banalisée, il est urgent de rappeler sa nocivité, généralement bien moins connue que celle du tabac », indiquent les responsables de la Société française de pneumologie. Il est encore aujourd’hui difficile d’étudier précisément ses effets au niveau respiratoire, en raison du caractère illicite de cette drogue et de son association fréquente avec le tabac.

Néanmoins les données disponibles montrent clairement sa responsabilité dans l’épidémie de BPCO. Le cannabis consommé aujourd’hui présente des teneurs en tétrahydrocannabinol (THC) quinze fois supérieures à celles du cannabis des années 60. Ce qui rend totalement obsolètes les conclusions des études longitudinales menées à cette époque. Par ailleurs, le fumeur de cannabis « tire » des bouffées beaucoup plus importantes (+66%). Il les inhale plus profondément (+33%) et les retient plus longtemps que le tabac. La consommation quotidienne de 3 à 4 joints peut, en termes de bronchites chroniques et d’altérations du mucus, être comparée à la consommation de… 20 cigarettes par jour.

Rappelons que la BPCO touche en France, 3 millions de patients. Et elle en tue 17 000 chaque année. Elle interfère gravement avec  l’activité quotidienne, qu’elle soit professionnelle, sociale ou sportive. Le diagnostic de surcroît est souvent tardif. Et comme cette maladie est encore trop peu connue du grand public, les malades  – qui en reconnaissent mal  les symptômes – ont parfois des difficultés à adhérer aux traitements qui leur sont prescrits.

Ecrit par : Emmanuel Ducreuzet – Edité par : David Picot

Partager cet article