Manque d’activité physique… le cerveau perd 10 ans ?

[30 mars 2016 - 10h07] [mis à jour le 30 mars 2016 à 10h11]

A tout âge, le manque de sport retentit sur notre santé. Mais nos aînés seraient particulièrement concernés. En plus de souffrir d’une diminution des capacités cardiovasculaires, respiratoires et d’un relâchement musculaire, les sédentaires seraient aussi exposés à un vieillissement cérébral accéléré.

Chez les personnes âgées, la pratique régulière d’une activité physique ralentit le déclin cognitif naturel (mémoire, capacités physiques…). Pour évaluer les bénéfices du sport, des chercheurs américains ont suivi 876 volontaires inclus dans la Northern Manhattan Study. Chacun a dû rapporter la discipline pratiquée et la fréquence des séances. Enfin des tests de la mémoire et des examens via l’imagerie par résonnance magnétique (IRM) ont permis d’évaluer les capacités cognitives.

Résultat, 90% des volontaires ont avoué ne pratiquer aucun sport (yoga, marche…). Les 10% restants s’adonnaient régulièrement à des activités, modérées ou intenses, comme de la course ou des exercices d’aérobie. « Les personnes âgées sédentaires présentaient une structure cérébrale 10 fois plus âgée comparées aux volontaires pratiquant une activité sportive régulière », confirme le Pr Clinton B.Wright (University of Miami), principal auteur de l’étude. « Les sportifs étaient bien plus rapides et plus efficaces lors des tests de mémoire ».

Face à l’augmentation de l’espérance de vie, « le sport constitue un traitement préventif naturel contre le déclin cognitif lié à l’âge ». Et contribue « au maintien de l’autonomie de nos aînés ».

Partager cet article