Césarienne : comment soulager les douleurs ?

[03 octobre 2014 - 11h10] [mis à jour le 03 octobre 2014 à 11h47]

Plus de 17% des accouchements se pratiquent sous césarienne en France. Les progrès de la médecine en ont fait une intervention chirurgicale sûre. Mais les jours qui suivent sont parfois délicats à vivre pour les jeunes mamans : l’incision de l’utérus est douloureuse, la cicatrice tiraille. Les bons réflexes pour limiter la gêne et profiter pleinement de Bébé.

Les maternités ont mis en place des protocoles très précis en cas de douleurs post-césariennes. Ils sont très efficaces, à condition d’être suivis à la lettre. Il faut notamment prendre les médicaments prescrits à intervalles réguliers, sans attendre que les douleurs ne se réveillent. Si vous avez pris l’habitude de vous soigner par homéopathie pendant votre grossesse, vous pouvez compléter l’action des analgésiques classiques en prenant 5 granules d’Arnica 9 CH deux fois par jour. « Les solutions de maintien type gaine ou ceinture, très en vogue ces dernières années, n’ont en revanche pas fait leurs preuves », avertit Sophie-Debanne, sage-femme. « Dans notre cabinet, nous ne les conseillons pas à nos patientes. A l’inverse, les bas de contention sont indispensables pour limiter les problèmes de circulation sanguine. »

Bougez… en douceur

Même s’il faut vous ménager, passées les premières 24 heures, recommencez à bouger. C’est le meilleur moyen d’éviter tout risque d’embolie ou de phlébite et de favoriser une bonne cicatrisation. Allez-y en douceur. Pour vous lever, pliez les genoux et glissez un pied vers le bord du lit. Tournez les épaules du même côté en prenant appui sur le bras replié et en posant la main sur la cicatrice. Assise au bord du lit, reprenez votre souffle en balançant les pieds de bas en haut. Redressez-vous lentement en vous servant du contrepoids des jambes. Au début, contentez-vous de faire quelques pas dans la chambre, en vous faisant accompagner. Ne portez évidemment aucun poids.

Faites-vous aider

Profitez de la généralisation à toute la France du service d’accompagnement personnalisé proposé par l’Assurance-maladie. Pris en charge à 100% jusqu’au 12e jour après la naissance, il vous permet de bénéficier d’un suivi à domicile par une sage-femme libérale. Elle répondra à vos questions, vous montrera les positions les plus confortables, vous apprendra à masser votre cicatrice pour l’assouplir…

A noter : Une césarienne n’est pas une contre-indication à l’allaitement. Les contractions utérines peuvent toutefois être un peu plus fortes au moment de la mise au sein et la fatigue peut retarder la montée de lait. Le mieux est d’allaiter allongée sur le côté, vous tirerez moins sur la cicatrice.

Partager cet article