Elle ne s’exprime plus sans crier, il sèche les cours et vous ne savez plus quoi faire ? L’intervention d’un coach, ou plus précisément d’un consultant éducatif, peut vous aider à traverser une crise d’ado particulièrement violente. A condition de bien choisir la personne qui va venir vous épauler. 

Des émissions comme « Super Nanny » ou « Pascal le grand frère » ont contribué à populariser le métier d’accompagnateur auprès de familles désemparées par le comportement de leur enfant. Et ces dernières années, le nombre de cabinets spécialisés dans ce domaine s’est multiplié. La crise d’adolescence n’est pourtant pas un phénomène récent, elle a toujours existé. Mais selon un récent rapport de l’UNICEF, près de la moitié des jeunes de plus de 15 ans seraient aujourd’hui en « situation de souffrance psychologique ». Souffrance qui peut s’accompagner de conduites addictives, d’absentéisme scolaire, de comportements violents envers eux-mêmes ou les autres… Malgré toute la bonne volonté du monde, il devient difficile pour les parents de trouver la bonne attitude à adopter. L’intervention d’un tiers peut alors contribuer à apaiser les tensions et à renouer le dialogue.

Mais à qui s’adresser ? Si votre adolescent présente les signes d’un fonctionnement limite et se met clairement en danger, il faut réagir sans attendre. Les délais pour obtenir un rendez-vous avec un pédopsychiatre étant parfois longs, le mieux est de contacter votre mairie ou l’hôpital le plus proche. Ils pourront ainsi vous orienter vers le centre médico-psychologique dont vous dépendez. Dans les autres cas, faire appel à un consultant éducatif peut suffire à restaurer une ambiance plus sereine à la maison. Mais attention aux pseudo-coachs sans véritable formation. Le mieux ? Faire appel à un éducateur spécialisé installé en libéral. Autre option, moins onéreuse : vous rapprocher de l’Ecole des parents et des éducateurs.

 

Partager cet article