Réunis en comité d’urgence à Genève, les experts de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) estiment que le coronavirus récemment apparu en Chine n’est pas encore une urgence de santé publique de portée internationale. Mais il pourrait le devenir.

La réunion du Comité d’urgence convoquée par le Directeur général de l’OMS s’est tenue ces 22 et 23 janvier. Objectif : déterminer si la situation que connaît actuellement la Chine est urgence de santé publique de portée internationale. Plusieurs membres ont ainsi estimé qu’il était trop tôt pour déclarer ce statut.

Le  Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS a convenu qu’il s’agissait bien d’une urgence sanitaire en Chine, mais qu’elle « ne l’était pas encore devenue » à l’échelle mondiale.

Il a ainsi précisé que 584 cas ont été signalés à ce jour, dont 17 morts*. Sur ces 584 cas, 575 ont été signalés en Chine et tous les décès ont été enregistrés dans ce pays. L’épicentre de l’épidémie se trouve à Wuhan, dans la province chinoise de Hubei. Cette ville d’environ 11 millions d’habitants a été mise en quarantaine par les autorités chinoises.

« D’autres cas ont été signalés au Japon, en Corée du Sud, à Singapour, en Thaïlande, aux Etats-Unis et au Vietnam », a-t-il précisé.

L’agence onusienne se dit d’ores et déjà prête à créer une commission scientifique internationale chargée de déterminer les sources du virus, les raisons de la transmission et les meilleurs moyens de lutter. Ses membres se sont aussi déclarés disposés à se réunir une nouvelle fois dans une dizaine de jours.

*Selon diverses sources, un dix-huitième décès serait à déplorer

Partager cet article