Dérives sectaires : informer pour casser la spirale

[09 décembre 2013 - 14h19] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h59]

Les sectes ont investi le domaine de la santé, avec un réel danger pour les patients ©Phovoir

Endiguer la croissance des dérives sectaires dans le domaine de santé ? Tel est l’objectif de la Convention-cadre signée entre la Mutualité française et la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES). Des actions communes seront mises en œuvre pour une durée de trois ans.

Les risques de dérives sectaires en santé ne cessent de prendre de l’ampleur. Aujourd’hui en France, près de 400 pratiques non conventionnelles à visée thérapeutique sont recensées. En 2007, quatre Français sur dix se disaient prêts à recourir à ce type de soins. Et selon la MIVILUDES, ces dérives représentent près de 25% des signalements.

Pour Serge Blisko, président de la MIVILUDES, « l’information et la prévention sont les moyens les plus efficaces pour sensibiliser le grand public et éviter les conséquences dommageables et parfois irrémédiables entrainées par ces pratiques ». Président de la Mutualité française, Etienne Caniard estime que cette convention permettra « d’avoir une démarche critique lors du choix d’un thérapeute. C’est tout l’enjeu de ce partenariat ».

Pour prévenir de ces dérives et de ces risques, des documents d’information à destination du public seront largement diffusés et mis à la disposition des mutuelles. Ils seront par ailleurs accessibles sur les sites internet www.mutualite.fr et sur www.prioritesantemutualiste.fr.

Ecrit par : Emmanuel Ducreuzet – Edité par : David Picot

Partager cet article