Diabète, démences, le sport pour tout !

[13 janvier 2014 - 11h34]

velos-seniors« L’exercice constitue le médicament le moins cher pour notre santé », explique un médecin américain, auteur d’une étude sur l’impact de l’activité physique auprès des diabétiques. Un constat approuvé par l’un de ses confrères qui a évalué l’intérêt de la marche chez des patients souffrant de démences.

Une étude réalisée aux Etats-Unis sous l’égide du consortium Kaiser Permanente, confirme l’intérêt de l’activité physique dans la régulation de l’hémoglobine glyquée. Il d’un indicateur de l’évolution du diabète.

Les médecins ont en effet suivi de près l’évolution de ce paramètre auprès d’une population de diabétiques pendant plusieurs mois. Et soumis à un programme d’activités physiques. « Nous avons observé une diminution de 0,1% de leur taux d’hémoglobine glyquée », explique le Dr Richard Grant (Kaiser Permanente Northern California Division of Research) dans le Journal of General Internal Medicine. « Cela peut sembler modeste à une échelle individuelle mais étendu à une population entière, c’est considérable ». Surtout quand on sait que près de 700 000 adultes ont participé à ce travail…

Un peu de marche…

De son côté, le Dr Dorothy Forbes (Université d’Edmonton, Alberta) a compilé les données des travaux réalisés auprès de patients âgés souffrant de démence. Ses résultats mettent en évidence les bienfaits de la marche, « y compris sur de courtes distances ». L’auteur insiste enfin sur l’importance de « se lever de son siège ». A ses yeux, « ces exercices améliorent les capacités cognitives des patients. Ainsi que leurs capacités à se mouvoir ». Son travail a été publié par la Cochrane Library.

Partager cet article