Electrosensibilité : l’Académie de médecine accuse !

[07 mai 2014 - 15h10] [mis à jour le 08 mai 2014 à 10h25]

« Une décision administrative isolée, scientifiquement infondée et médicalement contre-productive ». L’Académie nationale de médecine s’emporte contre le Conseil général de l’Essonne. Elle désapprouve fermement l’aide financière que l’organisme public vient d’accorder à une personne électrosensible pour lui permettre d’acquérir des dispositifs anti-ondes. Lesquels selon elle, n’ont jamais montré la moindre efficacité… Le Conseil général de l’Essonne lui, assume.

L’Académie « s’étonne qu’une telle pratique soit financée sur des fonds publics ». Et ce, pour au moins deux raisons :

  • en l’état actuel de la science, il est aujourd’hui impossible de déterminer si ce handicap est lié à l’effet des champs électromagnétiques. L’Académie cite en effet une méta-analyse (40 études réalisées en aveugle) qui démontre que « les personnes électrosensibles incriminent les ondes sans savoir faire la différence entre un émetteur de radiofréquences éteint ou allumé » ;
  • « aucune étude sérieuse ne confirme l’efficacité des dispositifs anti-ondes sur la santé ». Cette décision serait donc susceptible de cautionner un commerce « d’autant plus florissant qu’il est alimenté par une inquiétude largement distillée dans les médias et que ces produits s’adressent  à des personnes particulièrement fragiles ».

Les Académiciens ajoutent que « les sujets se considérant électrosensibles éprouvent une réelle souffrance. Cet état peut entraîner un lourd handicap, qui doit être pris en charge comme une affection à part entière ». Et non pas à partir de traitements qui « relèveraient de dispositifs anti-ondes ou de zones blanches ».

Une « mèche allumée »…

De son côté, l’organisme public assume sa décision. « La commission handicap a estimé qu’il y avait nécessité d’aider cette personne qui se trouvait dans une situation de handicap ; nous n’avions pas de raisons de nous y opposer », confirme Renaud Chenu, conseiller politique de Jérôme Guedj, le président PS du Conseil général. « Les aides en question sont relativement conséquentes, de l’ordre de quelques dizaines de milliers d’euros. Elles visent effectivement à équiper son habitat ».

Il poursuit : « nous avons bien conscience qu’on a allumé une mèche car sur le plan scientifique et médical, rien n’est encore prouvé. Mais il y a des discussions autour de ce sujet de société et nous sommes le premier département à accorder ce type d’aide. Il faut bien qu’il y ait un premier ». Sans négliger que cela fait du buzz…

Vice-présidente du Conseil général en charge des personnes handicapées et des questions de santé, Marjolaine Rauze (PCF) juge « excessive », la réaction des académiciens. « Nous étions face à une demande particulière d’une personne suivie sur le plan médical et qui ne peut plus mener une vie normale. La décision de lui verser une prestation compensatoire de handicap a été prise par une commission » (celle des droits et de l’autonomie des personnes handicapées – CDAPH), « à partir d’avis médicaux », conclut-elle.

Partager cet article