Fasting : jeûner pour mincir ?

[27 mars 2018 - 16h46]

Espacer le temps entre chaque repas pour obliger le corps à puiser dans ses réserves… et perdre du poids sans se priver ! Voilà le credo du Fasting, une méthode de jeûne par intermittence pour mincir sans souffrir.

Le fasting consiste à effectuer un jeûne quotidien de 16 heures au minimum. L’idée est d’arrêter régulièrement de manger entre le repas du soir et le déjeuner du lendemain, et ainsi de sauter le petit-déjeuner. Ou bien, si cela vous convient mieux, de jeûner deux à trois fois par semaine pendant 24 heures. Le principe étant d’inciter son corps à puiser dans ses réserves pour enclencher le mécanisme de fonte des cellules graisseuses (adipocytes).

Pour éviter les carences, le déjeuner et le dîner doivent être équilibrés en protéines, en glucides et en lipides. Mieux vaut privilégier le salé plutôt que le sucré. En effet, assimilés en excès, les sucres rapides sont stockés sous forme de graisse par l’organisme.

3 kg à 5kg en un mois ?

Selon Jean-Baptiste Rives*, le fasting permet de perdre du poids avec un « minimum d’effort, sans vous priver, sans frustration, sans envie de sucre, sans penser à manger toute la journée. Le tout avec une énergie décuplée. » Grâce à cette méthode, il serait possible de perdre « 3 à 5 kg par mois ».

Bien évidemment, le fasting fonctionne d’autant mieux si vous pratiquez du sport. Le jeûne présente l’avantage de ne pas provoquer de fonte musculaire contrairement à certains régimes privatifs.

En participant à la perte de poids, le fasting diminue le risque de troubles associés au surpoids : le cholestérol, le diabète, les maladies cardiovasculaires… Sur le plan cognitif, les bienfaits du jeûne et donc de la restriction calorique sont aussi prouvés. En effet lorsque le cerveau est trop nourri en glucides, celui-ci est ralenti au lieu d’être stimulé. Raison pour laquelle un repas trop riche fait souvent surgir une légère envie de faire la sieste.

Selon une étude du Cell Stem Cell, le fasting renforce aussi le système immunitaire. « De longs cycles prolongés induisent un renouvellement des cellules immunitaires. »

Des risques pour la santé ?

Devant les promesses faites par le fasting, il est toutefois légitime de s’interroger l’innocuité de ce type de régime. Selon l’Association Française des Diététiciens Nutritionnistes (AFDN), « le jeûne est dangereux pour l’organisme, qui a besoin de toute l’énergie et de tous les nutriments fournis par l’alimentation ». Précisément, « l’épuisement des réserves en glucose et en lipides peut provoquer la libération de toxiques dans le tissu adipeux ».

Toujours selon l’AFDN, « les allégations [prêtées au jeûne] n’ont jamais été démontrées scientifiquement. La volonté de maîtrise et de purifications correspondent plus à un phénomène sociétal qu’à un besoin clinique. »

*auteur de l’ouvrage « Le Fasting, la méthode de jeûne ultra-efficace pour perdre du poids et vivre plus longtemps », Thierry Souccar Editions – Broché – 176 pages, 12 euros. 26 janvier 2017

Partager cet article