Il zozote, articule mal : comment l’aider à mieux parler ?

[11 janvier 2016 - 09h41] [mis à jour le 11 janvier 2016 à 17h28]

Votre enfant a un cheveu sur la langue ? Il mange régulièrement certains sons ? Ne vous inquiétez pas. A 3-4 ans, ces troubles d’articulation sont fréquents et n’ont rien d’alarmant. Il ne faut surtout pas lui mettre la pression. Mais agir sur certains paramètres peut améliorer sa prononciation.

Chez les jeunes enfants, les troubles d’articulation sont le plus souvent liés à l’immaturité de leur zone linguo-buccale. En effet, la formation des sons est un phénomène complexe associant la parfaite coordination entre la langue et les lèvres, la bonne position des dents, un bon articulé de la mâchoire… Or à 3-4 ans, tous ces paramètres n’ont pas encore forcément eu l’occasion de se mettre en place. Et perdre régulièrement des dents de lait n’arrange rien à l’affaire. Tous ces petits soucis de prononciation vont donc s’estomper d’eux-mêmes au fur et à mesure que votre enfant va grandir.

Ranger la tétine et le biberon

Il y a toutefois un phénomène sur lequel vous pouvez d’ores et déjà intervenir : la succion. Prendre encore le biberon ou la tétine entretient en effet le réflexe de déglutition primaire et donc le maintien de la langue en position basse derrière les incisives inférieures, ce qui favorise les problèmes d’articulation. Le moment est donc venu de ranger la tétine dans la boîte à souvenirs. Et de réserver le biberon aux occasions exceptionnelles, quand votre bambin est un peu patraque par exemple.

Vive le chant

Surtout, évitez de le reprendre et de le faire répéter, vous l’obligeriez à faire des efforts démesurés pour s’exprimer et il risquerait de perdre de sa belle spontanéité. Pour l’heure, ce qu’il dit est plus important que la façon dont il le dit. Pour l’aider à progresser sans même qu’il s’en rende compte, chantez ensemble des comptines, vous l’aiderez à mieux maîtriser son sens du rythme et donc son phrasé. Lisez-lui des histoires en le laissant intervenir à sa guise, l’interactivité est primordiale. Vous pouvez aussi vous amuser ensemble à faire des bruitages d’animaux ou encore à faire des bulles dans l’eau du bain avec une paille. Tous ces petits exercices font travailler les mécanismes à la base d’un bon articulé.

A noter

Les orthophonistes interviennent rarement avant l’âge de 5 ans. Néanmoins, si votre enfant associe plusieurs troubles d’articulation (zozotement, oubli du « r », confusion entre le « pe » et le « te »), mieux vaut consulter. Surtout si vous sentez qu’il a envie de s’exprimer mais s’en trouve freiné et semble en souffrir.

Partager cet article