Infertilité et cancer : premiers ovocytes cultivés en laboratoire

[21 février 2018 - 10h14] [mis à jour le 21 février 2018 à 10h15]

La préservation de la fertilité des femmes traitées pour un cancer est un enjeu important. A ce jour, deux techniques permettent de conserver le potentiel reproducteur de ces patientes : l’autogreffe de tissu ovarien congelé et la vitrification des ovocytes. Une équipe écossaise vient d’ouvrir la voie à une nouvelle option. Celle de la culture d’ovocytes en laboratoire.

Lorsqu’une jeune femme souffre d’un cancer, le traitement qu’elle reçoit (chimiothérapie, radiothérapie…) peut mettre en péril sa fertilité. Afin d’offrir toujours plus de chances à ces patientes d’avoir un jour des enfants, une équipe écossaise est parvenue à cultiver des ovocytes in vitro. A partir de cellules prélevées dans l’ovaire à un stade très précoce de leur développement.

Une technique pas encore validée

« Cette réussite constitue un espoir pour élargir la palette des traitements disponibles pour lutter contre l’infertilité », souligne le Pr Evelyn Telfer, principal auteur de ce travail. Cette nouvelle technique en devenir pourrait notamment protéger du risque de réintroduction du cancer induit par l’autogreffe de tissu ovarien. Cette autre méthode est en effet l’une de celles proposées actuellement pour préserver la fertilité à venir des patientes traitées pour un cancer.

Toutefois, cette méthode n’est pas encore tout à fait validée. « Nous travaillons actuellement à l’optimisation des conditions de culture de ces ovocytes et tentons de déterminer s’ils sont sains et viables », précise le Pr Telfer. « Nous espérons également établir s’ils seront effectivement fertilisables », conclut-elle.

A noter : depuis les lois de bioéthique de 2011, l’autre option consiste en France, à vitrifier les ovocytes prélevés déjà matures dans les ovaires des patientes concernées.

Partager cet article