IST : vers de nouvelles mesures pour protéger les jeunes ?

[07 février 2017 - 16h43] [mis à jour le 07 février 2017 à 16h57]

Chlamydia, gonorrhées, syphilis… L’augmentation de la fréquence des infections sexuellement transmissibles (IST) depuis quelques années, en particulier chez les jeunes, préoccupe les pouvoirs publics. A tel point que le Conseil national du sida et des hépatites virales (CNS) vient d’émettre de nouvelles recommandations en matière de prévention et de prise en charge.

C’est à la demande conjointe de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé et de Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale et l’Enseignement supérieur que le CNS émet des recommandations en matière d’IST ce 7 février 2017. En raison de l’augmentation du nombre de cas chez les adolescents et les jeunes adultes, le conseil « recommande de faire de la lutte contre [ces infections] chez les jeunes une priorité des politiques publiques de promotion de la santé, notamment à travers la Stratégie nationale de santé sexuelle en cours d’élaboration ».

Education, prévention, information

Dans le détail, il propose, « au sein du système éducatif, d’améliorer les conditions actuelles d’enseignement de l’éducation à la sexualité ». Le rôle de l’école et des professionnels de santé, médecins et infirmières scolaires, devrait en outre être valorisé. Notamment « à l’égard des vaccinations des adolescents comme de l’accès aux préservatifs et aux dépistages ».

Dans le domaine de la santé à proprement parler, le CNS suggère que « les jeunes puissent accéder plus facilement aux opérateurs publics (CeGIDD* et CPEF**) dont ils ignorent souvent les actions et les outils. De plus, « l’activité des médecins généralistes dans ce domaine doit être mieux suscitée, reconnue, valorisée et coordonnée à l’échelon des territoires ». Et « l’offre dématérialisée de prévention et de dépistage, dont l’auto-prélèvement pour le dépistage des IST, doit être développée ».

Enfin, le CNS souligne « l’importance de renforcer le rôle de différents dispositifs en direction des jeunes dans les domaines des addictions, des problèmes psycho-sociaux, des questions relatives à l’insertion socio-professionnelle, et de l’accompagnement des jeunes sous main de justice ». Objectif, « atteindre des jeunes souvent exposés à un risque accru d’IST ».

*Centre Gratuit d’information, de Dépistage et de Diagnostic des infections par les virus de l’immunodéficience humaine, des hépatites virales et des infections sexuellement transmissibles 

**Les centres de planification ou d’éducation familiale

Partager cet article