Jeux en ligne : un joueur sur cinq est accro !

[27 juin 2013 - 15h11] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h57]

Les jeux d’argent et de hasard ne cessent de se développer sur Internet. ©Phovoir

Poker, black jack, bandit-manchot et autres paris sportifs … Dans une nouvelle étude, l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) sonne l’alarme : la proportion de joueurs souffrant d’addiction apparaît encore plus importante chez ceux qui pratiquent en ligne par rapport aux autres.

En 2010, un adulte âgé entre 18 et 75 ans sur deux déclarait avoir misé de l’argent durant l’année écoulée. « Un sur dix avait joué 52 fois ou plus au cours des douze derniers mois et/ou misé 500 euros ou plus en 2010 », indiquent les rédacteurs du baromètre de l’OFDT. Et les jeux en ligne ont de plus en plus la cote.

Pour évaluer le phénomène des jeux d’argent et de hasard chez les internautes, l’OFDT et l’Observatoire des jeux (ODJ) ont mené deux enquêtes conjointes à la fin de l’année 2012 : Prévalence-e-JEU 2012 et e-ENJEU 2012. Au total, leurs résultats montrent que « 3,7% des personnes âgées de plus de 18 ans, soit environ 2 millions de personnes, déclarent avoir joué à un jeu en ligne au cours des 12 mois précédant l’enquête ». De plus, « un quart de ces joueurs utilisent exclusivement Internet ». Et la part de ceux pratiquant régulièrement est nettement plus élevée (quasiment le double) que pour les jeux traditionnels ». Ainsi « 45% des joueurs en ligne jouent au moins une fois par semaine contre 23% pour l’ensemble des joueurs. »

Portraits de joueurs

« La pratique des jeux d’argent et de hasard en ligne est, comme celle des jeux traditionnels, surtout le fait des hommes qui représentent 57% des joueurs », relèvent les auteurs. « Si les jeux de casino et les machines à sous sont pratiqués par les hommes comme les femmes, les jeux de grattage et de tirage concernent, en revanche, plus souvent les femmes. Et les paris sportifs touchent plus les hommes. »

En matière de jeux en ligne, près de 4 joueurs sur 10 ont moins de 35 ans, contre un peu plus de 3 sur 10 pour le jeu traditionnel. Globalement donc, la part des jeunes générations est plus importante sur Internet. Autre constat : leur niveau d’étude est plus élevé. « Plus de 5 joueurs en ligne sur 10 ont un niveau supérieur au baccalauréat (53%) contre un peu moins de 4 sur 10 pour l’enquête de 2010 (38,7%). »

Plus accros sur le Net, légal et illégal

Les auteurs se sont surtout penchés sur le phénomène d’addiction. Au total, 17% de joueurs en ligne seraient concernés… Soit un sur cinq ! Cette proportion est bien supérieure à celle retrouvée dans le jeu traditionnel. « Ce résultat, conforme à celui observé dans d’autres pays, traduit un risque plus élevé sur Internet où la part des joueurs occasionnels est moins importante », soulignent les auteurs.

L’entrée en vigueur de la loi du 12 mai 2010 a ouvert à la concurrence trois domaines : les paris sportifs, les paris hippiques et le poker. Une nouvelle autorité, l’Autorité de régulation des jeux en ligne (ARJEL), attribue depuis, les agréments aux opérateurs et contrôle leur activité. Si une offre illégale perdure, une majorité de pratiquants se tourne vers les sites légaux.

Ainsi, « plus de la moitié des joueurs en ligne (54,4%) disent avoir recours uniquement à des sites légaux. Un peu plus du quart (26,5%) fréquentent des sites légaux et d’autres qui ne le sont pas ou qui se présentent comme étant hors du cadre de la loi. Enfin, près de 2 joueurs sur 10 (19,1%) ne fréquentent que des sites non régulés. »

Reste que cette offre non régulée capterait part très importante de femmes, quasiment deux fois plus importante que sur les sites légaux (64,5% vs 33,9%). « Ce point paraît lié à leur fréquentation de sites de jeux de tirage et de grattage illicites et à leur pratique de jeux d’adresse, de réflexion ou de chance présentés « gratuits » », concluent les auteurs.

Pour aller plus loin: téléchargez l’étude de l’OFDT.

 

Ecrit par : Dominique Salomon – Edité par : David Picot

Partager cet article