La famine sévit au Yemen

[12 novembre 2018 - 15h10]

Alors que le conflit yéménite entre dans sa 4e année, le taux de malnutrition sévère et aiguë fragilise de plus en plus la population. L’Organisation mondiale de la Santé fait le point sur cette situation dramatique.

Le conflit yéménite bloque l’accès de l’aide humanitaire et de l’essence sur le terrain. Ce blocage empêche la livraison des denrées alimentaires. Conséquence, à ce jour, « 1,8 million d’enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition sévère et aiguë », rapporte l’OMS. Ainsi, 47% de cette tranche d’âge souffre de ces graves carences. Autre information, tous âges confondus, « un tiers des districts du pays est exposé à un risque de famine ».

7 360 enfants pris en charge en 2018

L’OMS travaille « à l’accès au traitement des enfants contre la malnutrition, et œuvre à la création de centres thérapeutiques de nutrition ». Au total, 27 centres ont ouvert leurs portes en 2018, sur les 51 structures programmées. « De janvier à septembre 2018, plus de 7 360 enfants de moins de 5 ans ont été pris en charge dans l’un de ces centres pour malnutrition sévère et aiguë. » Sur place, l’OMS porte aussi « assistance aux locaux (approvisionnement de matériel…) ».

A noter : à l’origine de 35% des décès infantile chez les moins de 5 ans, la malnutrition sévère et aiguë se définit par un très faible poids par rapport à la taille. L’enfant souffre d’une grave « émaciation musculaire », décrit l’Unicef. « Il peut également être atteint d’œdèmes nutritionnels – caractérisés par une enflure des pieds, du visage et des membres. »

Partager cet article