Selon des chercheurs lillois, les microhémorragies cérébrales pourraient être impliquées dans la survenue de maladies neurodégénératives.

Les microhémorragies cérébrales sont de si petits saignements que « seuls les récents progrès de l’imagerie ont permis de les détecter », expliquent des chercheurs de l’Inserm. Et contrairement aux hémorragies cérébrales massives, l’impact de ces micro-saignements sur la santé n’est aujourd’hui pas connu. Autant le dire donc, il est très facile de passer à travers.

Pourtant ces petits écoulements seraient associés à la survenue de troubles cognitifs. « Leur présence est fortement associée aux démences et à leur sévérité. » Un lien de cause à effet déjà observé : « ces microhémorragies sont retrouvées chez environ 5% des individus en population générale, chez 35% à 85% chez les patients atteints de démence vasculaire et 16% à 32% chez les personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer. »

Mais encore faut-il décrire précisément l’implication de ces saignements dans la fragilité cognitive. Pour ce faire, l’équipe du Pr Sophie Gautier* a « développé un modèle animal de microhémorragies ». Dans le détail, des micro-injections de collagénase, une protéine qui « induit des hémorragies », ont été effectuées chez des souris saines.

La mémoire visuelle et spatiale impactée

Après 6 semaines, les scientifiques ont évalué les compétences motrices et cognitives. « Les animaux traités se déplaçaient aussi bien que des souris témoins, indemnes de microhémorragies. Ils paraissaient même moins anxieux. » En revanche, « leur mémoire visuelle et spatiale était défectueuse. Et cette mémoire fait principalement appel à l’hippocampe, région du cerveau particulièrement affectée en cas de maladie d’Alzheimer ».

Autre point, une statine, « l’atorvastatine permet de limiter les pertes cognitives en cas de microhémorragies provoquées ». Et « d’obtenir des résultats aux tests quasiment équivalents à ceux des souris saines ». Mais chez l’Homme, « ce lien entre statine et cognition sont débattus et doivent être clarifiés ».

*unité 1171 Inserm/Université Lille 2/CHRU Lille, Troubles cognitifs et vasculaires, Lille

Partager cet article

SYNDICAT DE LA PRESSE INDÉPENDANTE D'INFORMATION EN LIGNE
Service de Presse en Ligne reconnu par la Commission paritaire des Publications et Agences de Presse (CPPAP) sous le n°0318 W 90885 (article 1er de la loi n° 86-187 du 1er août 1986 portant réforme du régime juridique de la presse)