Lymphomes : les implants mammaires lisses préconisés

[22 novembre 2018 - 12h02] [mis à jour le 22 novembre 2018 à 17h02]

L’Agence nationale du Médicament recommande désormais de privilégier des implants mammaires à enveloppe lisse. En cause, l’augmentation depuis 2011 des cas de lymphome anaplasique à grandes cellules et les résultats d’expertises montrant une surreprésentation des prothèses texturées dans les cas de cancers.

Suite à l’apparition de cas de lymphome anaplasique à grandes cellules associés aux implants mammaires (LAGC-AIM) en 2011 chez les porteuses de prothèses, une surveillance particulière à travers le réseau Lymphopath a permis de recenser 53 cas de femmes concernées en France. L’Agence nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) a mené de nombreuses investigations et réuni des groupes d’experts. Lesquels ont constaté « une surreprésentation des implants mammaires texturés dans les cas de LAGC-AIM ».

Audition publique

C’est pourquoi l’ANSM recommande aux professionnels de santé d’utiliser de préférence des implants mammaires à enveloppe lisse. Et ce dans l’attente de l’avis du comité d’experts qui se réunira les 7 et 8 février 2019. Afin de lui permettre d’auditionner des patientes, des professionnels de santé et autres acteurs concernés, l’Agence lance un appel à candidature – à compter du 21 novembre 2018. Dans le détail, « tout citoyen, représentant les patients ou non, les professionnels de santé, sociétés savantes de chirurgie esthétique et sénologie, cancérologie, les universités, les institutions ou les entreprises commercialisant des prothèses mammaires peuvent demander à être auditionnés ».

A l’issue de ces auditions et de l’avis du comité d’experts, l’ANSM prendra une décision sur l’utilisation notamment des implants mammaires à enveloppe texturée, en chirurgie esthétique et reconstructrice.

A noter : L’ANSM rappelle que les praticiens sont tenus d’informer les patientes au préalable de la pose d’implants mammaires des risques liés à l’acte chirurgical mais aussi sur l’implant lui-même, notamment les risques liés au LAGC.

Partager cet article