Médicaments dérivés du sang : la tension d’approvisionnement annoncée jusqu’au printemps

[12 décembre 2018 - 10h47] [mis à jour le 12 décembre 2018 à 17h10]

Après une coupure d’électricité rapportée sur le site du laboratoire LFB Biomédicaments, l’ANSM avait annoncé à compter de début novembre une tension d’approvisionnement et une rupture de stock de médicaments dérivés du sang jusqu’en janvier. Finalement, celles-ci devraient perdurer jusqu’au début du mois d’avril.

Suite à une première coupure d’électricité rapportée sur le site de production du laboratoire LFB Biomédicaments, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) annonçait, le 31 octobre, une tension d’approvisionnement et une rupture de stock.

Cette situation devait durer jusqu’au mois de janvier 2019. Mais le retour à la normale devrait finalement prendre plus de temps. Un décalage lié à une seconde coupure d’électricité survenue dans la nuit du 20 au 21 novembre 2018. Cette rupture durera en effet « jusque début avril 2019 pour certains d’entre eux », détaille l’ANSM ce 10 décembre.

« Dans cette attente, des solutions (…) sont identifiées et tous les moyens disponibles sont mobilisés, afin de permettre la continuité de traitement des patients par ces médicaments d’intérêt thérapeutique majeur. »

Pour prendre connaissance de toutes les alternatives mises en place concernant le Clottofact, le Factane, le Vialebex, l’Alfalastin et le Tegeline, cliquez ici.

Partager cet article