Ce jeudi 9 juin, l’Agence nationale du Médicament (ANSM) a publié les résultats de l’opération internationale « PANGEA IX ». Traquant les ventes de médicaments illégaux vendus sur internet, cette dernière a permis d’intercepter des milliers de produits. Revue de détails.

L’opération « PANGEA IX » destinée à lutter contre la vente illicite de médicaments sur internet, s’est déroulée du 30 mai au 7 juin 2016. « Elle a donné lieu à un grand nombre d’arrestations et de constatations dans le monde, ainsi qu’à la saisie de milliers de médicaments potentiellement dangereux », précise l’ANSM.

En France, l’opération a associé les services de police, de gendarmerie, la douane ainsi que les autorités de régulation et de contrôle compétentes en matière de médicaments et de santé publique. L’ensemble de ces acteurs s’est intéressé aux médicaments illicites mais pas seulement. Les dispositifs médicaux (préservatifs, tests de grossesse, bandelettes de test de diabète…) proposés à la vente sur des sites illégaux ont également été visés.

Bilan de l’opération

Ainsi au total, 961 192 produits de santé illicites et 1 422 kg de produits de santé en vrac ont été saisis lors de cette opération par la douane. « Ces saisies se composent de médicaments sans autorisation de mise sur le marché (580 000), de produits de santé contrefaits (190 000 comprimés) et de médicaments détournés de leur usage et utilisés comme stupéfiants (plus de 30 000 doses). Plus de 77% des produits provenaient d’Asie et plus particulièrement d’Inde. Ce n’est pas tout, 55 sites internet illégaux de vente de faux médicaments ont été identifiés.

L’ANSM rappelle qu’en achetant des médicaments sur internet en dehors des circuits légaux, les consommateurs s’exposent à utiliser des produits dont la qualité n’est pas assurée, dont les conditions de transport ne sont pas garanties et dont le bénéfice/risque n’a pas été évalué.

Partager cet article