Souvent privilégiées pour leur faible teneur en sucres, les boissons light seraient préjudiciables pour les femmes ménopausées. Une consommation quotidienne augmenterait en effet le risque de souffrir d’un accident vasculaire cérébral (AVC).

Après la ménopause, certaines femmes choisissent des boissons allégées pour pallier la potentielle prise de poids liée à la chute hormonale. Mais ce réflexe ne semble pas être le meilleur. Des chercheurs new-yorkais* se sont effet posé la question de l’impact de ces boissons sur le risque d’AVC. Pour ce faire, les scientifiques ont analysé les données de 81 714 femmes ménopausées, âgées de 50 à 79.

Chaque volontaire a rapporté sa consommation de boissons light (sodas, jus de fruits…) dans les 3 derniers mois. Aucune donnée n’existe concernant le type d’édulcorants. Résultats, « comparées aux femmes buvant moins d’une boisson light par semaine, celles consommant plus de deux boissons light par jour avaient » :

23% de risque en plus de souffrir d’un AVC ;
31% de risque en plus de souffrir d’un AVC ischémique, lié au manque d’oxygène dans le cerveau ;
29% de risque en plus de développer une maladie cardiovasculaire (infarctus) ;
16% de risque en plus de décès toutes causes confondues.

Les femmes les plus à risque étant celles ayant des antécédents de maladies cardiovasculaires, de diabète et présentant un surpoids ou une obésité. « Ce travail reste observationnel et ne permet pas d’expliquer cette corrélation », notent les scientifiques.

A noter : tous âges et sexes confondus, les boissons light sont accusées d’exposer ses adeptes à une prise de poids et à un diabète de type 2. Ces sodas et jus de fruits industriels augmentent en effet la sécrétion d’insuline au niveau du pancréas.

*Albert Einstein College of Medicine, Bronx, New York

Partager cet article