#MeToo : le milieu médical aussi…

[21 août 2018 - 11h46]

Le mouvement #MeToo dénonce depuis plusieurs mois  les comportements sexistes et discriminants ainsi que les viols et agressions sexuelles dont sont majoritairement victimes les femmes. Dans la rue, au travail… mais aussi dans le secteur hospitalier.

Dénoncées dans le cadre du mouvement #MeToo, les situations « d’harcèlement et de discrimination » n’épargnent pas la profession médicale, relaient des médecins canadiens.

« Un climat de travail favorisant le harcèlement, la discrimination et les micro-agressions peut affecter la santé d’une personne et sa carrière », appuient les Drs Jayna Holroyd-Leduc* et Sharon Straus**. Et ce constat n’est pas une découverte puisque « le harcèlement et la discrimination envers le personnel médical féminin sont bien documentés ».

Mais ces comportements affectent également les hommes et « peuvent aussi avoir un impact négatif sur les soins apportés aux patients », poursuivent les auteurs.

Management, culture du silence…

« L’organisation du travail favorise ces attitudes : mauvais management, des déséquilibres de pouvoir et la culture du silence », décrivent les chercheuses. Fonctionnement à l’origine de nombreuses agressions insidieuses et non avouées.

Pour améliorer la situation, « le comportement professionnel devrait faire partie des critères de sélection. Les lieux de travail hospitalier devraient aussi mettre en place des rapports de qualité et transparents pour rendre compte du comportement du personnel ».

« La profession médicale et la prise en charge des patients s’améliorera quand chacun sera traité avec respect, indépendamment de son genre, sa race, son âge ou son niveau de qualification », concluent les scientifiques.

*Université de Calgary (Alberta)
**Hôpital St Michael (Toronto)

Partager cet article