Dans les pays du Maghreb, les bains de vapeur chaude sont suivis d’un gommage au savon noir et d’un enveloppement au rassoul. Bien plus qu’un simple rituel de beauté, cette tradition fait partie intégrante de l’hygiène de vie tant elle contribue à la bonne santé de l’épiderme.

Dans un hammam, la température avoisine les 50°C et le taux d’humidité peut atteindre 100%. Si cette atmosphère particulière possède un formidable pouvoir relaxant, elle favorise aussi l’élimination des toxines via la transpiration. Et la chaleur, en dilatant les pores et en activant la circulation sanguine, optimise l’action des produits de soin utilisés ensuite.

Première étape, l’application de savon noir sur tout le corps. Très astringent, le savon noir décape la couche de sébum, de résidus de transpiration et de débris de cellules mortes qui asphyxie l’épiderme. Pour parfaire l’exfoliation, on frotte ensuite vigoureusement la peau avec un gant de kessa, en évitant les seins et les grains de beauté. On peut par contre insister sur les coudes, les genoux et les talons.

Pour finir, on enduit la peau de rassoul et on laisse agir cet enveloppement pendant une trentaine de minutes. A la fois purifiante et régénérante, cette argile se présente sous forme de poudre ou de galet à mélanger à de l’eau tiède et/ou de l’eau de rose et un peu d’huile d’argan jusqu’à obtenir une pâte élastique. On peut y ajouter quelques gouttes d’huiles essentielles en fonction des besoins de la peau : le tea tree combat les imperfections, l’ylang-ylang apaise les épidermes sensibles, la rose de Damas lisse les peaux matures…

Ce rituel se pratique dans les hammams traditionnels. Le plus souvent, les femmes y vont en famille ou entre amies. Elles apportent leurs propres produits et se prodiguent les soins les unes aux autres. Mais de plus en plus de spas proposent aussi cette parenthèse bien être. On confie alors sa peau au savoir-faire de l’esthéticienne.

A noter : si vous avez la peau fine et réactive, il faut remplacer l’application de savon noir et le passage du gant de kessa par un gommage beaucoup plus doux.

Partager cet article