Orgasmes multiples ? Les hommes aussi

[13 janvier 2017 - 11h00] [mis à jour le 13 janvier 2017 à 11h01]

Pouvoir ressentir plusieurs orgasmes à la suite au cours d’un même rapport, de nombreuses femmes y parviennent. Mais si une conception répandue laisse penser que c’est impossible pour un homme, détrompez-vous ! Toutefois, atteindre plusieurs paroxysmes dans un court délai nécessite de bien connaître son corps et de s’entraîner un peu. Comme nous l’explique le Dr Gilbert Bou Jaoudé, médecin sexologue à Lille.

« L’orgasme masculin est habituellement décrit comme un plaisir intense faisant suite à une forte montée de l’excitation, suivi d’une baisse rapide de celle-ci et d’une phase dite réfractaire, pendant laquelle le plaisir sexuel n’est plus possible », décrit le Dr Gilbert Bou Jaoudé. « En conséquence, il peut paraître impossible pour un homme de ressentir plusieurs orgasmes (d’être multi orgasmique) lors d’un même acte sexuel. »

Pourtant, rien n’empêche physiologiquement un homme d’avoir plusieurs orgasmes au cours d’un même rapport. En effet, l’orgasme ne correspond pas uniquement à l’éjaculation. Ainsi, il est possible, d’une certaine manière, de les dissocier.

Des phénomènes réflexes à maîtriser

« L’orgasme et l’éjaculation sont des phénomènes réflexes qui font suite à la montée de l’excitation », analyse le sexologue. « Mais comme la majorité des réflexes spontanés dans notre corps, il est possible de les maîtriser, à condition bien sûr de prendre le temps de découvrir le fonctionnement du corps et de s’exercer patiemment à le modifier. »

Pour y parvenir, vous pouvez procéder ainsi. « Lorsque vous ressentez une excitation qui monte, et avant d’atteindre le point de non-retour de l’éjaculation, vous pouvez volontairement contracter les muscles du périnée », recommande le Dr Bou Jaoudé. « Cette contraction forte et répétée peut alors provoquer les mêmes sensations d’orgasme sans éjaculation (ou alors l’émission d’une très légère quantité de liquide clair). » En plus de « ces contractions volontaires initiales, cela nécessite généralement un ralentissement des mouvements sur le pénis », ajoute-t-il.

Résultat ? « L’éjaculation n’ayant pas eu lieu, la phase réfractaire ne survient pas et l’acte sexuel peut se poursuivre. Ceci a été parfois appelé l’injaculation et est bien connu dans les techniques taoïstes », raconte-t-il. « Cet orgasme peut être répété deux, trois, quatre fois ou même plus avant l’orgasme final accompagné de la véritable éjaculation. » Laquelle sera d’autant plus intense, « probablement du fait de la libération répétée des hormones lors des orgasmes précédents ».

Autre conseil, « il est beaucoup plus simple d’apprendre cette technique par masturbation au début et non par pénétration », note Gilbert Bou Jaoudé. Enfin, pour parvenir à cette maîtrise, « un état de détente et de laisser aller total » est nécessaire. Voilà pourquoi, il serait contre-productif de chercher coûte que coûte à obtenir ces orgasmes multiples. « Prenez plaisir à découvrir les nouvelles sensations liées à la contraction des muscles du périnée et laissez ensuite vos sensations vous guider », conclut-il.

Partager cet article