Pollution : le tourisme en ville pire que le tabac ?

[10 août 2018 - 10h11] [mis à jour le 10 août 2018 à 10h23]

S’exposer à la pollution citadine reviendrait à fumer 1 à 4 cigarettes en moyenne. Les villes les plus exposées étant Istanbul, Prague, Londres, Milan… et Paris.

« A cause de la pollution de l’air, les visiteurs des principales villes touristiques européennes respirent en quatre jours autant de composés toxiques que s’ils fumaient plusieurs cigarettes (de 1 à 4 selon la ville) », dénonce l’ONG Transport & Environnement.

Pour le confirmer, les taux de pollution des 10 villes les plus touristiques d’Europe « Londres, Paris, Istanbul, Barcelone, Amsterdam, Milan, Rome, Vienne, Prague et Dublin » ont été comparés. Résultat, « visiter Paris, destination favorite des voyageurs à travers le monde en 2017, pendant 4 jours a le même impact pour votre santé que fumer 2 cigarettes. L’exposition est encore supérieure à Londres (2,75 cigarettes), à Milan (3 cigarettes), à Istanbul et à Prague (4 cigarettes) ».

Manger à l’extérieur = fumer

« Quand la pollution de l’air est élevée, il est recommandé d’éviter de manger ou de pratiquer un sport en extérieur », rappelle Jens Müller, coordinateur « Qualité de l’air et diesel » de l’ONG. « Mais passer ses vacances dans une ville consiste essentiellement à marcher et à déjeuner en terrasse… Au regard des impacts de la pollution de l’air sur la santé, c’est comme si on obligeait les touristes à fumer, y compris les enfants.

Éradiquer cette toxicité en ville relève d’une priorité de santé publique. Aujourd’hui, « les touristes évitent Hong Kong à cause de la mauvaise qualité de son air. L’Europe et particulièrement des villes comme Barcelone et Paris connaissent en été de forts afflux de touristes bénéfiques à leur économie ».

Partager cet article

SYNDICAT DE LA PRESSE INDÉPENDANTE D'INFORMATION EN LIGNE
Service de Presse en Ligne reconnu par la Commission paritaire des Publications et Agences de Presse (CPPAP) sous le n°0318 W 90885 (article 1er de la loi n° 86-187 du 1er août 1986 portant réforme du régime juridique de la presse)