Prématurité : le congé de paternité allongé en cas d’hospitalisation de bébé

[25 juin 2019 - 15h31] [mis à jour le 26 juin 2019 à 10h15]

Le prolongement du congé de paternité est enfin validé… lorsque le nouveau-né est immédiatement hospitalisé. Une bonne nouvelle pour les parents des 60 000 bébés qui naissent chaque année en France entre 5 et 8 mois de grossesse. Ce congé pourra durer 30 jours consécutifs, en plus des 3 jours actuellement octroyés immédiatement et des 11 jours à prendre dans les 4 mois.

L’allongement de la durée du congé de paternité en cas d’hospitalisation immédiate de l’enfant à la naissance vient d’être annoncé par le gouvernement. « Une très bonne nouvelle » pour les parents concernés, estime Vincent Desdoit de l’association SOS Préma. Ce congé pourra durer jusqu’à 30 jours consécutifs pour les pères concernés à partir du 1er juillet prochain, date d’entrée en vigueur du décret publié ce 25 juin.

« L’hospitalisation immédiate d’un enfant à la naissance, par exemple dans le cas d’un enfant né prématuré, est une situation potentiellement douloureuse et source d’inquiétudes pour les familles concernées », indique le ministère en charge de la Santé. En effet, « elle nécessite souvent une mobilisation des deux parents difficile à concilier avec la reprise d’une activité professionnelle ». Le congé de paternité est donc allongé en cas d’hospitalisation de l’enfant dans les unités de soins de néonatalogie ainsi que dans les unités de réanimation néonatale.

Tous les travailleurs concernés

En pratique, et plus précisément, « cet allongement pourra aller jusqu’à 30 jours consécutifs en plus des 11 jours de congé paternité (ou 18 jours en cas de naissances multiples) et des 3 jours de naissance pour les salariés », détaille le ministère. Ce congé s’appliquera aux salariés travailleurs indépendants et exploitants agricoles. « Nous conseillons aux pères conserver les 11 jours à prendre dans les 4 mois pour le retour de l’enfant à la maison, lorsque c’est possible », recommande Vincent Desdoit.

« Les montants des indemnités journalières et des allocations de remplacement versés par les caisses primaires d’Assurance-maladie et les caisses de mutualité sociale agricole seront alignés sur ceux des congés de paternité actuels pour chacun des régimes », assure le ministère.

Partager cet article