Refus scolaire : comment y remédier ?

[27 juin 2016 - 10h09] [mis à jour le 27 juin 2016 à 10h11]

Qui n’a jamais eu la boule au ventre d’aller à l’école ? Lorsque cette sensation prend des proportions plus importantes, elle porte le nom de refus scolaire anxieux. Plus communément appelé « phobie scolaire ». Comment repérer les symptômes spécifiques ? Et quelles solutions peut-on apporter aux jeunes concernés ? Réponses auprès du CHU de Montpellier.

Julian de Ajuriaguerra, psychanalyste français, décela en 1974 un trouble présent chez quelques élèves aujourd’hui appelé « phobie scolaire ». Ce dernier est décrit comme « le comportement d’enfants ou d’adolescents qui, pour des raisons irrationnelles, refusent d’aller à l’école. Et résistent avec des réactions d’anxiété très vives ou de panique quand on essaie de les y forcer ».

Le refus scolaire anxieux s’est fortement développé au cours des dernières années. Aujourd’hui, ce trouble touche de 5% à 28% des élèves durant une période de leur scolarité. Trois pics d’âge d’apparition existent : de 5 à 7 ans (arrivée en CP), 11 ans (rentrée en 6e) et 13/14 ans (4e/3e).

Une perte de contrôle ?

Un refus scolaire anxieux se caractérise par des maux de ventre, une peur excessive ou encore des crises de colère, survenant la veille ou le jour de l’école. Et non pendant le week-end ou les vacances. Si l’enfant refuse catégoriquement d’aller à l’école, malgré les efforts voire l’insistance de ses parents, il peut être nécessaire de consulter un médecin.

Des thérapies proposées

Au CHU de Montpellier, plus de 25 demandes par an sont envoyées afin de traiter les victimes du refus scolaire anxieux. Elles concernent des adolescents âgés de 11 à 16 ans en moyenne. Leur hospitalisation dure 3 à 4 demi-journées par semaine. Puis dans les 2 ou 3 mois suivant le début du traitement, un retour à l’école est prévu. Et le suivi de l’anxiété à l’hôpital se poursuit le reste de l’année scolaire.

Une thérapie cognitive et comportementale (TCC) est proposée : elle consiste en un travail sur les émotions et le stress engendré. Des méthodes sont ainsi employées afin d’y remédier telles que la relaxation ou la respiration.

Cette approche s’avère être un succès puisque tous les élèves sont retournés en milieu scolaire, d’abord à temps partiel puis à temps complet.

Partager cet article