Le retrait/rappel de plusieurs lots de jambon blanc contaminé par un germe de Listeria a été effectué le 13 février dernier. Afin d’informer plus efficacement tous les consommateurs, la CLCV réclame un affichage plus systématique dans les magasins concernés. Et plus globalement la mise en place d’un site officiel unique recensant tous les produits rappelés en France.

Mieux informer les consommateurs lorsque des produits sont retirés ou rappelés par le fabricant, notamment en raison de risque de contamination par des germes pathogènes. C’est le souhait de l’association de défense des consommateurs CLCV. Le cas s’est une nouvelle fois présenté le 13 février dernier.

A cette date, « l’établissement Paul Prédault a décidé de procéder au retrait et au rappel de produits fabriqués entre le 16 et le 26 janvier 2018 », indiquait ainsi sur son site Internet le ministère en charge de l’Agriculture. Et ce, en raison de « la mise en évidence d’une contamination de plusieurs lots de jambon blanc par le germe Listéria monocytogenes ».Les marques concernées étaient Monoprix, Lidl, Leader Price, Le Foué, Casino, Carrefour, Grand jury et St Alby.

Retrait respecté, affichage insuffisant

« Suite aux défaillances d’informations et de retraits dans le cas de l’affaire Lactalis, la CLCV a mobilisé son réseau de militants bénévoles et a enquêté pour déterminer si les retraits étaient bien effectifs en magasin », indique l’association de consommateurs. Mais aussi pour déterminer « si les consommateurs, comme le recommande la législation, étaient informés sur les lieux d’achat ».

Cette enquête, menée entre le 16 et le 23 février 2018, a concerné 48 magasins dans 11 départements. Bonne nouvelle, « aucun des produits référencés dans la liste n’a été retrouvé dans les rayons ». Toutefois, en matière d’information des consommateurs, le constat est nettement moins bon.

Au total, « seuls 37,5% des enseignes visitées comportaient un affichage faisant mention du rappel des produits, avec les caractéristiques permettant de les identifier », souligne la CLCV. Et « seuls 3 des 48 magasins visités combinent une information en rayon et en caisse centrale/accueil ». Pourtant, « la DGCCRF préconise que les affichettes soient présentes a minima au niveau des rayons où sont proposés à la vente les produits incriminés et en complément […] au niveau des caisses et/ou à l’accueil des lieux de vente et/ou à l’entrée des lieux de vente ».

Plaidoyer pour un site unique et numéro vert

Afin d’améliorer l’information des consommateurs et d’éviter les accidents sanitaires, la CLCV « réclame la mise en place d’un affichage systématique, visible et clair pour les consommateurs ». Elle recommande « des affichettes aux dimensions plus importantes, avec des photos pour guider les consommateurs […] disposées à plusieurs endroits dans le magasin ».

Enfin, l’association souhaite « la création d’un site officiel unique recensant tous les produits et la mise en place d’un numéro vert unique permettant aux consommateurs d’être ‘lanceurs d’alerte’ en cas de non-conformité des retraits ».

En savoir plus

liste des produits retirés/rappelés le 13 février 2017

Source : ministère en charge de l'Agriculture
- 28 février 2018

Partager cet article