Tout savoir sur l’érection… féminine

[23 février 2018 - 14h31] [mis à jour le 23 février 2018 à 14h38]

Souvent associée au pénis, l’érection concerne aussi le sexe féminin. Mais alors, comment ce phénomène naturel lié à l’excitation s’exprime-t-il chez la femme ?

Le clitoris est composé d’une partie externe (le gland, entre les petites lèvres) et d’une partie interne (la hampe, recouvert du tissu des petites lèvres)

Comme le pénis, il renferme également des corps caverneux. Situées aux pourtours du sexe de la femme, ces petites zones accueillant l’afflux de sang en cas d’excitation. Ce mécanisme provoque le phénomène dit de l’érection et la contraction du gland clitoridien justement. Mais aussi des petites lèvres qui se gorgent de sang sous l’effet d’un désir intense : en gonflant, les vaisseaux sanguins et les tissus changent de couleur en passant de rose pâle au rouge vif.

L’érection, chemin vers la lubrification

L’érection augmente l’excitation. En effet, comme le précise Jean-Claude Piquard dans son ouvrage La fabuleuse histoire du clitoris, « la montée vers l’orgasme et l’orgasme lui-même augmentent l’afflux sanguin autour du vagin, ce qui améliore la lubrification mais aussi la congestion de toute la vulve et notamment des bulbes vestibulaires, l’ensemble étant propice au plaisir du coït ».

Une érection plus intense que l’homme ?

Il existe autant de terminaisons nerveuses au niveau du gland de la femme que sur celui de l’homme. Mais chez la femme, cette zone érogène est bien plus petite, le réseau des terminaisons plus dense : pour un volume bien moindre, elle comprend 8 000 à 10 000 capteurs contre 3 000 à 4 000 au niveau du gland de l’homme. La stimulation provoque donc une décharge et un degré d’intensité plus intense.

Partager cet article