Sclérose en plaques : 2 ans après son autorisation, le Sativex® toujours indisponible

[25 janvier 2016 - 14h23] [mis à jour le 25 janvier 2016 à 14h32]

En janvier 2014, le Sativex®, dérivé du cannabis, recevait une autorisation de mise sur le marché (AMM) français dans le traitement de la sclérose en plaques (SEP). Problème, depuis lors, le produit n’est toujours pas disponible. C’est par une lettre ouverte adressée à Marisol Touraine que huit patients experts, soutenus par la Ligue française contre la sclérose en plaques affichent  leur incompréhension.

Pourquoi ? C’est la question qui revient le plus dans cette lettre ouverte. « Pourquoi un tel blocage ? ». « Pourquoi le traitement est-il disponible dans 17 pays européens et pas en France ? » Ces interrogations, Bastien Roux, directeur de la Ligue française contre la sclérose en plaques, les formule sans pour autant trouver de réponse claire. Il avance pourtant une première hypothèse – plausible – pour expliquer le blocage de l’arrivée du Sativex® sur le marché français.

Le laboratoire Almirall à l’origine du Sativex® et le Comité Economique des Produits de Santé (CEPS) ne parviennent pas à se mettre d’accord sur le prix à appliquer. « Pourtant le laboratoire a consenti à une baisse non négligeable de son prix », insiste Bastien Roux.

Un article publié par nos confrères du Figaro en 2015 semble aller dans ce sens. Ainsi peut-on y lire que « le laboratoire demande un prix déjà inférieur de 20% au prix pratiqué dans les autres pays européens, mais la proposition faite par les autorités représente seulement 17 % du prix demandé. » En clair, à une proposition de prix déjà bas, les autorités réclament un tarif encore plus faible !

Si cette situation fait office de scandale pour les patients, du côté du CEPS, cela n’aurait rien d’exceptionnel. « C’est une négociation comme nous en menons des dizaines chaque année. Le premier prix proposé n’est pas toujours à la hauteur des attentes des laboratoires », peut-on lire dans les colonnes du Figaro. (A noter que, concernant cette question tarifaire précisément, ni le laboratoire Almirall, ni le CEPS n’ont donné suite à nos demandes d’interview.)

Un débat idéologique ?

Autre hypothèse émise par Bastien Roux, celle du débat idéologique. « Le Sativex® est un dérivé du cannabis », rappelle-t-il. « Certains pourraient craindre un risque de mésusage ». Mais d’emblée, il écarte cette idée. « Tout d’abord, les pays où le produit est effectivement disponible n’ont jamais eu à souffrir de ce danger. Par ailleurs, chose suffisamment rare pour le souligner, c’est Marisol Touraine en personne qui a annoncé l’autorisation de mise sur le marché du Sativex®. Je vois mal les autorités faire aujourd’hui marche arrière.»

Quid de l’avenir du Sativex® ? « Nous avons eu confirmation que la ministre a bien reçu notre courrier… pour le moment sans réponse. Maintenant, nous sommes inquiets. Cela fait 2 ans que ce médicament a obtenu son autorisation et nombre de patients sont toujours dans l’attente. Combien de temps cela va-t-il encore durer ? Il ne faudrait pas que la France soit le dernier pays à en bénéficier… »

Rappelons que le Sativex® possède une indication restreinte. Il est indiqué chez certains patients atteints de sclérose en plaques, pour soulager les contractures sévères (spasticité) et qui ne répondent pas aux autres traitements.

Partager cet article

Aller à la barre d’outils