Sommeil : la face cachée des somnifères

[08 novembre 2018 - 12h09]

Dans son nouveau numéro à paraître ce jeudi, le magazine 60 millions de consommateurs a enquêté sur les médicaments qui aident à dormir. Selon les rédacteurs, qu’ils soient disponibles sous prescriptions ou en vente libre, de nombreux hypnotiques cumulent des effets secondaires graves et méconnus des usagers.

Près d’un Français sur huit a déjà consommé un médicament de type benzodiazépine pour l’aider à retrouver le sommeil. Mais les rédacteurs du magazine 60 millions de consommateurs rappellent que « 4 semaines suffisent pour créer une dépendance. Une dépendance dont le sevrage est souvent laborieux. Sans oublier que d’après de nombreuses études « les bénéfices sont à peine plus efficaces que les placebos. »

Les auteurs expliquent également que de nombreux effets secondaires peu connus existent, comme une possible prise de poids. Plus grave, des troubles tels des envies suicidaires ou encore des comportements agressifs peuvent survenir. Avant de vous tourner vers tel ou tel produit, discutez-en avec votre médecin.

Quid des produits en vente libre ?

60 millions a aussi passé au crible des produits disponibles en vente libre (médicaments ou compléments alimentaires). « Les antihistaminiques, indiqués aussi dans le traitement de l’insomnie peuvent induire des troubles graves. Par ailleurs, avec la vente libre, la tendance est forte de vouloir augmenter la dose. Pourtant, ils ne traitent que les insomnies passagères et la prise ne doit pas excéder 5 jours. Quant à la mélatonine, une prise même minime peut dérégler le cycle veille-sommeil. »

Les rédacteurs insistent en outre sur le fait que des solutions naturelles existent : thérapie comportementale, tisanes, yoga, méditation, sophrologie… Rappelons par ailleurs que les écrans, une alimentation trop riche ou une chambre surchauffée peuvent altérer le sommeil.

Enfin, entre les insomnies, les apnées ou encore le syndrome des jambes sans repos, de nombreux facteurs peuvent altérer le sommeil.  Il est donc important d’en  reconnaître  les  signes,  pour se faire diagnostiquer et  soigner au plus tôt.

Partager cet article