Vouloir porter de la jolie lingerie après une mastectomie ou pendant une radiothérapie, cela n’a rien de futile. C’est aussi une façon de se réapproprier son corps et sa féminité. Conseils pour trouver un modèle de soutien-gorge à la fois esthétique et respectueux des transformations subies.

Durant les semaines qui suivent l’ablation d’un sein, il est recommandé de porter un soutien-gorge post-opératoire. L’ouverture sur le devant permet de l’enfiler facilement : les mouvements des bras sont souvent difficiles les premiers temps. Les bretelles larges, l’absence de dentelles et d’armatures limitent les risques de lymphoedème. Doux et confortables, ces modèles respectent la cicatrisation. Certains possèdent des poches destinées à recevoir des prothèses temporaires.

Ensuite, en cas de reconstruction mammaire, il est possible d’opter à nouveau pour de la lingerie classique. Mais certaines femmes préfèrent les modèles pensés pour camoufler les cicatrices. Il existe également un grand choix de modèles adaptés aux prothèses, qu’elles soient ou non solidaires, c’est-à-dire qu’elles adhèrent ou non à la peau.

A noter : La peau irradiée est ultra-sensible. Pour éviter de l’irriter davantage, il est essentiel de porter durant la radiothérapie et les semaines qui suivent un soutien-gorge en coton, sans dentelle et sans armature.

Où l’acheter ?

Le mieux est de s’orienter vers une marque spécialisée dans la lingerie destinée aux femmes traitées pour un cancer du sein : Garance, Amoena, Indiscrète, Bibi & Bibi, Anita Care … Elles sont aujourd’hui nombreuses sur le marché. La plupart proposent également des maillots de bain. Comptez à partir de 30 euros pour un soutien-gorge.

Partager cet article