Alerte américaine sur les stéroïdes anabolisants

[18 novembre 2013 - 16h15] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h59]

Nos adolescents sont-ils accros aux stéroïdes anabolisants ? Aux Etats-Unis, la Food and Drug Administration (FDA) sonne l’alarme. Au total, dans les ‘high schools’ – l’équivalent de nos collèges –  5% des garçons et 2,5% des filles en ont déjà consommé.  Quels sont les risques pour leur santé ? Comment repérer si votre ado recourt à ces produits ? Réponses.

Les stéroïdes anabolisants sont notamment utilisés à des fins de dopage pour accroitre les performances physiques. Le plus souvent, les sportifs se les procurent de façon illégale, par l’intermédiaire notamment de sites Internet. Ces produits regroupent des lipides fabriqués en laboratoire ayant la même structure chimique que les stéroïdes présents dans l’hormone mâle, la testostérone. Mimant l’action de cette dernière, ils vont donc augmenter la masse musculaire et diminuer la masse graisseuse. Les hormones anabolisantes sont d’ailleurs souvent appelées les « engrais musculaires ».

« L’abus de ces substances peut être lourd de conséquences sur la santé, en particulier chez des adolescents, dont l’organisme est en phase de croissance », explique le Dr Ali Mohamadi de la FDA. « Nous observons que de plus en plus de jeunes en utilisent. Ils doivent être conscients des risques encourus ».

De nombreux effets secondaires

Comme ils agissent au niveau du noyau cellulaire, les stéroïdes anabolisants engendrent de très nombreux effets secondaires, lesquels peuvent se manifester à plus ou moins long terme. Et le médecin américain de citer des troubles de la fertilité, l’impuissance, l’hypertension artérielle, l’hypercholestérolémie, problèmes cardiaques et hépatiques, chez l’homme. Les jeunes femmes sont quant à elles, particulièrement exposées à des troubles du cycle menstruel ainsi qu’au développement de caractères sexuels masculins (pilosité…).

D’une manière générale, « la survenue d’acné, des variations de l’humeur et un comportement agressif doivent aussi interpeller les parents », poursuit le Dr Mohamadi. « Au même titre bien sûr, qu’un gain rapide de masse musculaire. »

Comme c’est le cas outre-Atlantique, le recours à ces produits est très réglementé en France. Leur utilisation est bien sûr interdite par les fédérations sportives. D’une manière générale, si vous êtes sportif consultez votre médecin à la moindre question. Et si vous souhaitez savoir si tel ou tel produit est considéré ou non comme un dopant, rendez-vous sur :

Ecrit par : David Picot – Edité par : Emmanuel Ducreuzet

Partager cet article