Tatouages éphémères, gare à votre peau

[14 août 2013 - 09h29] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h57]

Pour préserver votre peau, méfiez-vous des tatouages au henné noir ©Phovoir

Sur les plages, les marchés, dans les centres de vacances, vous allez sûrement être attirés par des chalands proposant des tatouages au henné noir. Prudence, ce n’est pas sans risque. Certains utilisent un produit illégal, la paraphénylènediamine (PPD). Explications.

Les jolies arabesques au henné noir sont désormais proposées n’importe où en France, durant la saison estivale. Faites bien attention ! Si le henné traditionnel, de couleur orangée et dont les dessins persistent à peu près une semaine, est sans aucun danger, il n’en va pas de même pour le henné noir.

Selon l’Agence nationale de Sécurité des Médicaments et des Produits de Santé (ANSM) « la couleur noire est obtenue par l’ajout illégal de la PPD dans le henné. Ce qui par ailleurs augmente la longévité du tatouage ». Cette substance est autorisée dans les teintures capillaires et pour colorer les textiles, notamment. Mais quelques jours à quelques semaines suivant la réalisation d’un tatouage au henné noir comprenant la PPD, un eczéma allergique peut survenir. Plus d’une dizaine de cas sont recensés chaque année en France.

« Les réactions allergiques peuvent être limitées à la zone tatouée ou s’étendre à la zone avoisinante voire à tout le corps », indique l’ANSM. « Elles peuvent être également sévères et nécessiter une prise en charge médicale urgente voire une hospitalisation ». Ce n’est pas tout, ces réactions risquent également de provoquer une poly-sensibilisation irréversible, notamment à des caoutchoucs, à des colorants vestimentaires et à des teintures capillaires permanentes. Il devient alors impossible de se colorer les cheveux ou de porter des vêtements sombres… pour le restant de sa vie.

Ecrit par : Emmanuel Ducreuzet – Edité par : Dominique Salomon

 

Cet article est aussi disponible en Arabe

Partager cet article