Troubles de l’humeur : les femmes et les seniors en première ligne

[19 avril 2017 - 14h32] [mis à jour le 19 avril 2017 à 14h34]

Encore taboue en France, la santé mentale – et particulièrement la psychiatrie – cache de nombreuses zones d’ombre. Ainsi, les autorités médicales tentent aujourd’hui de décrire au plus près la réalité dans les établissements psychiatriques de l’Hexagone. L’enjeu étant d’améliorer la qualité des soins prodigués. A ce sujet, combien de patients sont affectés par les troubles de l’humeur ?

Les rédacteurs du Bulletin épidémiologique hebdomadaire publient les dernières données sur l’incidence des troubles de l’humeur.

Les femmes et les plus de 50 ans 

Les spécialistes ont analysé la situation de malades hospitalisés ou pris en charge en ambulatoire dans un établissement psychiatrique français entre 2010 et 2014. Une part d’entre eux était atteinte d’un trouble bipolaire (1 684 663 patients), l’autre d’un trouble dépressif (446 867 patients).  Des données extraites de la base nationale de Recueil d’information médicalisée en psychiatrie (RIM-P).

Dans le détail, les troubles dépressifs comme les troubles bipolaires concernent une majorité de femmes. Quel que soit le sexe, les taux les plus élevés ont été retrouvés chez les 50-74 ans. Enfin, toute génération et tous sexes confondus, les populations les plus impactées résident en Bretagne, en Bourgogne Franche-Comté pour les troubles dépressifs, et le Sud-Ouest pour les troubles bipolaires.

Plus de prévention

Au regard de ce bilan, les atteintes psychiatriques ne sont pas des cas isolés.  Elles constituent même un enjeu de « santé publique ». D’où « l’importance de poursuivre la surveillance et la mise en place de stratégies de prévention des troubles du l’humeur », notent les auteurs du BEH. « Leurs prises en charge précoces devraient être développées afin d’éviter leur chronicisation et le passage à l’acte suicidaire. »

A noter : les troubles de l’humeur sont incriminés dans plus de la moitié des suicides.

Partager cet article