Ce 24 mars marque la journée mondiale de lutte contre la tuberculose. L’occasion pour l’OMS de rappeler qu’en 2012 dans le monde, « près d’un demi-million de personnes ont contracté une tuberculose multirésistante (MR) mais seulement un cas sur quatre a été diagnostiqué ». L’Organisation veut malgré tout relever les initiatives porteuses d’espoir et fait le point sur les quelques progrès en matière de diagnostic.

Cette édition 2014 a pour slogan « Atteindre les trois millions». Ces « trois millions » représentent un tiers des personnes contractant la tuberculose chaque année et qui ne bénéficient pas de soins. Dans de nombreux pays en effet, il est difficile d’avoir accès aux services de dépistage et de diagnostic, en particulier en cas de tuberculose MR. « Il est crucial de diagnostiquer plus tôt et plus rapidement toutes les formes de tuberculose », explique le Dr Margaret Chan, Directeur général de l’OMS. « On augmente ainsi les chances de prescrire le bon traitement et de guérir les patients, et on contribue à arrêter la propagation des formes résistantes.»

L’espoir EXPAND-TB dans les pays à faibles revenus

Parmi les projets porteurs d’espoirs, l’OMS rapporte celui connu sous le nom de «EXPAND-TB» (pour « Étendre l’accès à de nouvelles méthodes de diagnostic de la tuberculose »). Lancé en 2009 et financé par UNITAID, il a permis de tripler le nombre de diagnostics de tuberculose multirésistante dans 27 pays à revenus faibles ou intermédiaires. Et de traiter davantage de patients avec des « médicaments antituberculeux de seconde intention de qualité garantie ». En Inde par exemple, 90% des cas de tuberculose-MR ont été décelés dans des services soutenus par ce projet. Une bonne nouvelle puisque « ces pays représentent 40% de la charge de morbidité mondiale imputable à la tuberculose-MR » se satisfait l’Organisation onusienne.

L’Europe peut (et doit) mieux faire

En 2012, dans la région européenne de l’OMS (53 pays), quelque 353 000 patients ont contracté une tuberculose. Ce qui correspond à une baisse annuelle moyenne de 5 % de l’incidence au cours de ces dix dernières années. Une bonne nouvelle… toute relative : si globalement, les pays de l’Union ont atteint leur objectif d’une diminution sur cinq ans, il est urgent de rappeler que sur les 27 pays les plus fortement affectés par la tuberculose MR, 15 sont membres de la Région européenne de l’OMS. Ce qui représente 76 500 patients.

« Dans les pays ayant communiqué des données à ce sujet, le traitement n’est mené à bien que chez un patient sur trois » explique le Centre européen de Prévention et de Contrôle des Maladies (ECDC).

Pour Zsuzsanna Jakab, directrice régionale de l’OMS pour l’Europe, « il faut trouver de toute urgence de nouveaux médicaments antituberculeux aux schémas thérapeutiques plus courts et plus efficaces. » Et Marc Sprenger directeur de l’ECDC d’ajouter : « si nous ne sommes pas en mesure de diagnostiquer et de soigner rapidement et efficacement la tuberculose MR, cela fait non seulement courir un risque mortel aux patients, mais ouvre aussi la porte toute grande à la tuberculose ultrarésistante. »

Rappelons qu’en France, l’incidence de la tuberculose  est faible, de l’ordre de 8 cas pour 100 000 habitants. L’Ile de France est toutefois particulièrement touchée. A elle seule, elle regroupe 40% des cas déclarés.

Partager cet article