Tuberculose : l’infection sans fin

[31 octobre 2017 - 14h38]

Selon le dernier rapport de l’OMS sur la tuberculose, les actions menées depuis 2000 ont permis de sauver 53 millions de vies. Au total, le taux de mortalité enregistre une baisse de 37%. Cependant, la tuberculose reste en 2016 l’une des maladies infectieuses les plus meurtrières.

De nombreux progrès ont été réalisés depuis 2000 dans la lutte contre la tuberculose. Pour preuve, le nombre de décès a baissé de 37%. Toutefois, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pointe dans son dernier rapport de nombreux points noirs.

En 2016, le nombre de nouveaux cas de tuberculose est ainsi estimé à 10,4 millions, parmi lesquels 10% concernent des patients séropositifs au VIH. Sept pays concentrent 64% du nombre de nouveaux cas, avec en tête l’Inde, suivie de l’Indonésie, la Chine, les Philippines, le Pakistan, le Nigéria et l’Afrique du Sud. Ainsi en 2016, l’OMS a recensé 1,7 millions de décès liés à la tuberculose. Par ailleurs, 400 000 morts ont été recensées en lien avec une co-infection au VIH.

Des investissements en baisse

Autre chiffre inquiétant, celui concernant les tuberculoses multi résistantes. « Elles restent un problème majeur de santé publique », indique l’OMS. L’agence onusienne a enregistré 600 000 nouveaux cas de tuberculose résistante à la rifampicin, le traitement de première ligne le plus efficace.

« Pour venir à bout de l’épidémie, il faut prendre des mesures afin de combler les lacunes au niveau des soins et du financement. Les pays particulièrement touchés par la tuberculose doivent également faire des progrès », souligne l’OMS. Elle s’inquiète notamment des lacunes en matière de financement. « Il manque environ 2,3 milliards de dollars sur les 9,2 nécessaires en 2017 dans les pays à revenu faible et intermédiaire. En outre, il faut au moins 1,2 milliard de dollars supplémentaires chaque année pour accélérer le développement de nouveaux vaccins, de nouveaux produits de diagnostic et de nouveaux médicaments. »

Partager cet article