Une rentrée au poil…

[30 août 2013 - 12h00] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h58]

Tout comme vous, votre animal de compagnie a bien profité des vacances…. Et si vous n’y prenez garde, sa rentrée risque de s’avérer difficile. Voici donc quelques conseils dispensés par la Fondation 30 millions d’amis pour une reprise du bon pied.

Les vacances permettent à tous de changer d’air et de recharger les batteries. Mais cette médaille a son revers. Pour nos animaux, la rentrée est une période particulièrement délicate. « Les chiens et chats se sont plus dépensés que d’habitude » explique la Fondation sur son site. « Ils ont fréquenté des animaux pouvant être porteurs de maladies et de parasites. Ils ont aussi pu faire quelques incartades à leur régime alimentaire. Cela peut se traduire, notamment chez les plus vieux, par un affaiblissement général. Il est donc important de réaliser un petit bilan de santé au retour de la pause estivale ».

Un régime ?

Si votre chien ou votre chat s’est particulièrement dépensé pendant les vacances, il a peut être aussi connu une alimentation plus riche. Vérifiez son poids, lors de la visite chez le vétérinaire, notamment. Si un embonpoint est avéré, un petit régime pourra être prescrit. Rassurez-vous, rien de drastique, simplement des menus plus équilibrés.

Il est temps de vermifuger !

Vérifiez aussi soigneusement la pelage de votre animal, histoire de traquer les éventuelles puces. « L’été c’est aussi la grande période des aoûtats ». Ces petits acariens de couleur rouge apparaissent généralement en août (d’où leur nom). Ils courent sur les dallages mais sont aussi abondants sur les pelouses. Ils se fixent sur la peau et provoquent des démangeaisons et des inflammations. Vomissements ou diarrhées peuvent aussi être la manifestation d’une contamination. « Dans tous les cas, une vermifugation s’impose. Cela doit se faire quatre fois par an, une fois à chaque saison. La rentrée de septembre est un bon moment ».

Un dernier conseil : si vous revenez du sud de la France, redoublez de vigilance. Leishmaniose oblige… Cette maladie, transmise par des piqûres d’insectes (les phlébotomes), « agit dans le temps. Elle peut très bien se déclarer plusieurs mois après l’infection. Il est donc important de surveiller les animaux au moins jusqu’aux mois de janvier ou février ». Au moindre symptôme évocateur (lésions cutanées, amaigrissement, extrême fatigue), demandez vite conseil à votre vétérinaire.

Ecrit par : Vincent Roche – Edité par : David Picot

Partager cet article