Une semaine pour plonger dans le cerveau

[12 mars 2018 - 15h21] [mis à jour le 13 mars 2018 à 16h33]

A l’occasion de la 20è Semaine du cerveau, des ateliers, expositions et conférences sont organisées dans plus de 30 villes de France. Idéal pour s’informer sur la partie la plus mystérieuse du corps humain. Et en savoir plus sur les facteurs de risque des maladies neurologiques et psychologiques.

La 20è Semaine du cerveau se déroule du 12 au 18 mars. Pour l’occasion, « des expositions, projections de films, spectacles, conférences grand public, ateliers, débats, visites de laboratoires ou encore animations pour les plus petits » sont organisés dans plus de 30 villes de France. Cliquez ici pour connaître les événements les plus proches de chez vous.

Une sensibilisation bienvenue alors que « 83%* des Français citent au moins une maladie du cerveau dans leurs principales préoccupations », explique la Fédération pour la recherche sur le cerveau. Les maladies neurologiques et psychologiques sont en première ligne. Mais 59% se disent « insuffisamment informés sur les risques liés à la santé du cerveau ».

La sédentarité dangereuse pour le cerveau

En effet, les principaux ennemis d’une bonne santé cérébrale (drogue, alcool, stress, manque d’activité cognitive et carence de sommeil) sont globalement bien connus. Mais la dangerosité de certains facteurs reste encore inconnue. C’est le cas d’une alimentation trop riche et de l’isolement social. Mais aussi de la sédentarité. Ainsi, seuls « 28% des Français pratiquent une activité physique pour leur bien-être psychologique » alors que 64% font du sport pour rester en forme physique.

* Etude réalisée par BVA – Echantillon de 43 scientifiques experts du domaine, contactés par la FRC et interrogés en ligne du 11/12/2017 au 05/01/2018. Echantillon de 1001 personnes, représentatif de la population française de 15 ans et plus, interrogées par internet du 08 au 14/12/2017

Partager cet article

SYNDICAT DE LA PRESSE INDÉPENDANTE D'INFORMATION EN LIGNE
Service de Presse en Ligne reconnu par la Commission paritaire des Publications et Agences de Presse (CPPAP) sous le n°0318 W 90885 (article 1er de la loi n° 86-187 du 1er août 1986 portant réforme du régime juridique de la presse)