Les hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes représentent la population la plus touchée par le VIH et les autres Infections Sexuellement Transmissibles (IST) en France. C’est pourquoi Santé publique France réalise pour la deuxième fois, une enquête auprès d’eux. Objectif : évaluer leur comportement en matière de prévention pour adapter les recommandations et faire baisser l’incidence des infections.

L’épidémie de VIH n’est pas encore endiguée. Et en France, les hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes constituent la population la plus affectée par ce virus. Le constat est similaire pour les autres IST, parmi lesquelles la chlamydia, les gonorrhées…

Pourquoi ?

Le non-usage systématique du préservatif reste important dans cette population. Ainsi, « près d’un tiers des HSH interrogés (32%) n’avaient pas utilisé de préservatif systématiquement lors des pénétrations anales avec des partenaires de statut sérologique VIH différent ou inconnu », précisent les rédacteurs du BEH. D’ailleurs, c’est le seul groupe de transmission du VIH pour lequel le nombre de nouveaux diagnostics ne diminue pas.

Une enquête pour adapter les messages de prévention

Santé publique France a créé une enquête régulière pour mieux comprendre et suivre sur le long terme les comportements des homosexuels masculins en matière de prévention. Cette deuxième édition permettra notamment d’évaluer l’appropriation des outils de prévention diversifiés et son évolution au cours de ces deux dernières années. Utilisent-ils le préservatif ? Prennent-ils la Prophylaxie pré-exposition (PreP) ?

En partenariat avec l’Agence nationale de recherches sur le sida, la nouvelle édition de l’enquête santé-sexualité-prévention est menée du 16 février au 29 avril 2019.

Qui est concerné ? Les hommes âgés de 18 ans et plus, résidant en France (départements d’outre-mer inclus), ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes. Toute participation est anonyme et basée sur le volontariat.

Si vous souhaitez participer, cliquez ici.

Les premiers résultats seront communiqués fin 2019.

Pour rappel : Le préservatif est encore aujourd’hui le seul moyen de se protéger du VIH et des IST.

Partager cet article