Ville verte, ville heureuse ?

[16 janvier 2014 - 10h11] [mis à jour le 16 janvier 2014 à 10h30]

Parc-ville-PhovoirJardins publics, parcs et arbres… Des médecins britanniques le confirment : les espaces verts implantés au cœur des villes seraient bénéfiques sur le plan mental. A quelques semaines des élections municipales en France, voilà un constat qui tombe à point nommé.

Depuis l’Université d’Exeter en Angleterre, le Dr Ian Alcock et son équipe ont suivi pendant 5 ans près de 1 000 citadins. Les participants ont été divisés en deux groupes : dans le premier, les habitants ont d’abord vécu deux ans dans un quartier « peu vert ». Ils ont ensuite emménagé dans une zone où les arbres et les parcs étaient rois. Dans le second, les citadins ont effectué le chemin inverse.

Au cours des 5 années de suivi, chacun des participants devait répondre à des questionnaires portant notamment sur sa santé mentale. A noter que « nous avons ajusté nos données en fonction de paramètres comme le revenu, le niveau d’emploi et l’éducation afin que ceux-ci n’interfèrent pas dans les résultats », expliquent les auteurs.

Au final, les habitants du premier groupe, ont rapporté une nette amélioration de leur santé mentale, laquelle a été constatée « sitôt le déménagement. Et surtout elle s’est poursuivie sur la durée ». En revanche, l’état d’esprit des participants du second groupe s’est dégradé au fil du temps.

« Ces constats sont importants pour les urbanistes et les architectes urbains », conclut Ian Alcock. D’autant plus qu’ils confirment les résultats de travaux antérieurs. A l’occasion d’un colloque international sur le logement et la santé, à Vilnius (Lituanie) en octobre 2004, une étude avait montré que la vue d’un espace vert depuis sa fenêtre, était considérée comme l’une des qualités principales d’un logement. Au même titre que la luminosité et le calme.

Partager cet article