Votre chien peut-il vous accompagner au footing ?

[01 février 2013 - 09h46] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h55]

Les chiens de berger sont parfaitement « taillés » pour des efforts intenses. ©Phovoir

Courir en compagnie de son chien ? En voilà d’une belle idée… « Cette activité est aussi bénéfique pour l’animal que pour son maître », nous assure le Dr Stéphane Gasselin, vétérinaire à Pont-St-Martin (Loire-Atlantique). A condition bien sûr que le chien soit « taillé » pour la course. Et qu’il soit suivi régulièrement sur le plan vétérinaire. Explications.

Chien loup. Certaines races se prêtent mieux que d’autres au footing. « Les chien dits ‘médiolignes’ donc ni trapus ni longilignes, adorent la course à pied. Sur le plan morphologique, il s’agit de ceux qui ressemblent le plus au loup, comme les chiens de berger. Mais nous pouvons aussi citer les épagneuls,  setter, beagle, fox, basset, cocker et autres lévriers ».

Tous ces chiens sont capables de supporter une charge de travail intense. « D’une manière générale, leurs capacités physiologiques sont d’ailleurs nettement supérieures à celles de leur maître. A condition bien sûr que le chien soit confronté à des allures progressives et soit en parfaite santé ». Sans oublier le fait que sa croissance soit achevée.

Si vous possédez ce type d’animal et qu’il est régulièrement à la traîne, « ce n’est pas normal. Dans ce cas, il convient de consulter le vétérinaire qui effectuera notamment un bilan cardiaque ». Par ailleurs, si votre compagnon souffre de dysplasie ou d’arthrose – des pathologies régulièrement rencontrées notamment chez le labrador – évitez-lui pareille sortie. « Préférez la marche ou faites- le nager ».

Museau aplati. En revanche, le footing va être totalement déconseillé à d’autres  chiens. Comme les brachycéphales, dont le museau est aplati ou écrasé. « A l’exception du boxer qui est un grand sportif, ces chiens ont une capacité respiratoire amoindrie », glisse Stéphane Gasselin. Autrement dit, ils « vont éprouver des difficultés à ventiler ». De leur côté, les chiens dits ‘molossoïdes’ comme les pitbulls et les rottweilers sont aussi très peu endurants. En conclusion, le vétérinaire insiste sur l’importance de faire suivre son chien régulièrement. « Il doit aussi être protégé contre les puces et les tiques surtout s’il se balade en forêt », conclut-il.

Ecrit par : David Picot  –  Edité par : Emmanuel Ducreuzet 

Partager cet article